14-Juillet : Nicolas Sarkozy s’offre deux entretiens à la télé

  • A
  • A
14-Juillet : Nicolas Sarkozy s’offre deux entretiens à la télé
Partagez sur :

Le porte-parole du PS Benoît Hamon a dénoncé mardi "une nouvelle dérive anti-démocratique", après la diffusion lundi soir sur France 5 d’un portrait du chef de l’Etat.

Deux entretiens à la place de la traditionnelle interview du 14 juillet. Contrairement à ses prédecesseurs, le président Nicolas Sarkozy a choisi une nouvelle fois de rompre avec le sacro-saint entretien télévisé du 14 juillet en participant à deux émissions, l’une sur France 5 diffusé lundi 13 juillet, l’autre sur France 2 diffusé ce mardi à 20h35.

Sur France 5, les journalistes Christian Malar et Bernard Vaillot ont choisi de s'intéresser à l'irrésistible ascension de Nicolas Sarkozy, en truffant leur émission "A visage découvert" d'entretiens exclusifs avec des témoignages de chefs de gouvernement étrangers (Tony Blair, Gordon Brown, Angela Merkel), de conseillers de l'Élysée (Claude Guéant, Henri Guaino, Jean-David Lévitte) et de proches du président (Brice Hortefeux ou encore Serge Danlos, ami d'enfance du président).

Regardez un extrait de l'émission diffusée lundi soir sur France 5 :

Une émission aussitôt critiquée par le Parti socialiste. Benoît Hamon, son porte-parole, a qualifié mardi l'émission-portrait sur Nicolas Sarkozy de « portrait hagiographique, digne d'une république bananière». Dénonçant une émission "de nature purement politique", le jeune loup du PS a estimé que "cette séquence médiatique représentait « une nouvelle dérive anti-démocratique de l'Etat Sarkozy".

Nicolas Sarkozy est aussi l’invité de Michel Drucker sur France 2, ce mardi à 20h35. Le chef de l'Etat doit aborder la défense nationale, au cours d'un entretien préenregistré lundi, en conclusion d'une émission à la gloire des armées françaises. Au cours de cet entretien, le chef de l'Etat a également défendu "l'institution" du Tour de France face aux accusations de dopage et confirmé son intérêt pour l'épreuve qu'il suit à la télévision "dès qu'(il) a une minute".