Une amie de Prince raconte son malaise en plein vol, peu avant sa mort

  • A
  • A
Une amie de Prince raconte son malaise en plein vol, peu avant sa mort
Prince.@ KEVORK DJANSEZIAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Six jours avant sa mort, le chanteur avait perdu connaissance en plein vol, provoquant un atterrissage d'urgence. 

Un regard qui se fixe, puis le corps qui s'effondre. Une protégée de Prince, qui partageait son jet privé, a raconté dans une interview publiée mardi dans le New York Times, l'évanouissement de son idole en plein vol, six jours avant sa mort.

"Ses yeux se sont fixés". Judith Hill fait partie des dizaines de jeunes artistes que l'icône de la pop, morte des suites d'une overdose d'opiacés le 21 avril dernier, avait pris sous son aile. La protégée du "Kid de Minneapolis" était assise dans l'avion de la superstar, avec qui elle dînait, lorsque "ses yeux se sont fixés", se souvient-elle. Puis soudain, il perd conscience, s'effondre sur la table devant lui. Elle crie "Prince", le secoue, mais il ne revient pas à lui, confie Judith Hill au quotidien, racontant pour la première fois les circonstances qui ont poussé l'avion à se poser en urgence pour conduire l'artiste à l'hôpital, six jours seulement avant sa mort soudaine.

Atterrissage d'urgence. Elle se trouvait à bord avec lui et un ami de longue de longue date de Prince, Kirk Johnson, en direction de sa résidence de Paisley Park. "Heureusement, j'étais en train de regarder son visage", dit-elle. Autrement, les deux passagers auraient pu penser que Prince était tombé de fatigue, vers 1 heure du matin, après s'être produit en concert. "Nous savions que c'était une question de temps. Il fallait atterrir", poursuit la jeune femme de 32 ans. "Nous n'avions rien dans l'avion pour l'aider".

L'avion s'est finalement posé en urgence dans l'Illinois, mais l'artiste multi-instrumentaliste s'était déjà réveillé. "Je pensais qu'il était parti", assure Judith Hill au journal. Elle avait écrit sur Twitter, après la mort de Prince, qu'elle se sentait dorénavant "toute seule et effrayée", sans l'appui de son mentor.