L'actrice Rose McGowan affirme avoir été violée par un ponte d'Hollywood

  • A
  • A
L'actrice Rose McGowan affirme avoir été violée par un ponte d'Hollywood
Depuis ses révélations, médias et internautes américains cherchent à identifier le violeur de Rose McGowan.@ Ilya S. Savenok / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Dans une série de messages postés sur son compte Twitter, l'ancienne actrice de Charmed accuse sans le nommer le patron d'un studio hollywoodien de l'avoir violée.

Les récentes accusations d'agressions sexuelles qui visent le candidat à la Maison-Blanche Donald Trump ont poussé l'actrice américaine Rose McGowan à prendre la parole à son tour pour dénoncer la culture du viol. Dans une série de tweets postés vendredi, la comédienne de 43 ans a révélé avoir été violée il y a plusieurs années par le patron d'un studio de cinéma à Hollywood.

Un secret gardé pendant des années. En utilisant le hashtag #WhyWomenDontReport ("pourquoi les femmes ne portent pas plainte"), Rose McGowan a expliqué qu'elle avait tenté d'attaquer en justice son violeur, sans jamais y parvenir. "Une femme avocate m'a dit que je ne gagnerais jamais de procès parce que j'avais tourné une scène de sexe dans un film", écrit-elle. Le comportement sexuellement abusif de ce ponte du cinéma était "un secret de polichinelle à Hollywood et pour les médias", affirme l'actrice. "Ils m'ont rendu honteuse parce qu'ils adulaient mon violeur", confie-t-elle. Comme de nombreuses femmes victimes de viol, Rose McGowan aura finalement gardé le secret pendant des années.


 

Depuis ces révélations, internautes et médias américains cherchent à identifier ce puissant patron de studio hollywoodien visé par Rose McGowan, à partir d'un tweet posté par l'actrice : "Mon ex a vendu notre film à cet homme pour qu'il le distribue".

L'actrice, très engagée dans la campagne "Women can stop Trump" ("Les femmes peuvent arrêter Trump"), a reçu un grand nombre de messages de soutiens. "Merci d'en parler, d'autres femmes oseront peut-être parler grâce à toi", pouvait-on lire.