Trans Musicales de Rennes : ils seront peut-être les stars de demain

  • A
  • A
Trans Musicales de Rennes : ils seront peut-être les stars de demain
Partagez sur :

MUSIQUE - Le festival de Rennes a souvent eu le nez creux. Europe 1 a demandé ses coups de cœur  2014 au directeur artistique. 

Les Trans Musicales, le festival rennais, est ouvert jusqu'à dimanche. Pour cette 36 e édition, une centaine d'artistes ont fait le déplacement. Depuis le lancement de ce festival éclectique, en 1979, les programmateurs ont eu du nez : en 1994, ils font venir Portishead, en 1995, ils invitent les Daft Punk, et Stromae en 2010… cette année, plus que jamais, le festival a misé sur de jeunes talents aux noms encore inconnus pour certains. Europe 1 a demandé au directeur artistique du festival, Jean Louis Brossard, de dévoiler ses coups de cœur parmi le cru 2014.

Dans le top. Pas évident de choisir parmi les innombrables groupes qui vont jouer. "Il y a plus de 100 artistes alors c'est difficile !" confie Louis Brossard à Europe 1. Mais ce découvreur de talents a quand même une petite idée sur les futures pépites. "J'ai eu un gros coup de cœur pour Shamir, un jeune chanteur américain, natif de Las Vegas, de même que Raury, qui nous vient d'Atlanta." Le professionnel avoue bien aimer "cette nouvelle soul". Et pour ne rien gâcher, ces artistes ont "des gueules, un look et du charisme". Bien sûr, Jean Louis Brossard évoque aussi "la musique qui va avec la personnalité" : un mélange de soul, de rock, de RnB, bref, ce sont des nouveaux sons" avec un fort potentiel selon lui.

Ecoutez le titre If it wasn't True, de Shamir :

Découvrez Cigarette Song, de Raury :

Et en bonus ? "J'aime aussi la chanteuse et guitariste australienne Courtney Barnett, qui fait du rock et qui vient de sortir un très bel album."

La programmation, établie sur quels critères ? "J'écoute beaucoup de musique tout au long de l'année, je suis sur pas mal de festivals à l'étranger et quand j'entends un son nouveau, quand ça me plaît, je les invite. Tous les groupes de la programmation sont des coups de cœur", explique Jean Louis Brossard. Seule difficulté : certains groupes sont difficiles à faire venir, parfois de l'autre bout de la planète. "Il y a un groupe qui s'appelle Islam Chipsy que je voulais déjà faire venir l'année dernière. Il s'agit d'un groupe égyptien avec un clavier et deux batteurs. Le problème, c'est que le jeune homme n'avait pas de passeport. Cette année, c'est réglé, ils seront là samedi !