"Sale Pute" : Orelsan relaxé

  • A
  • A
"Sale Pute" : Orelsan relaxé
Le rappeur Orelsan est persuadé qu'il sera relaxé. Mardi, le tribunal correctionnel de Paris dira s'il sera condamné pour "provocation au crime" dans sa chanson "Sale pute".
Partagez sur :

Le rappeur, poursuivi pour "provocation au crime" par Ni putes ni soumises, n'a pas été condamné.

Orelsan est fixé sur son sort. Orelsan, qui était poursuivi pour "provocation au crime" par le mouvement féministe Ni Putes Ni Soumises (NPNS) pour sa chanson Sale Pute, a été relaxé mardi par le tribunal correctionnel de Paris. Un peu plus tôt dans la journée, le rappeur français s’était dit confiant sur Europe 1. alors qu’il est poursuivi pour "provocation au crime" après la diffusion sur Internet d’une de ses chansons intitulée Sale pute. "Je suis sûr que je vais être relaxé", a assuré le jeune homme au micro de Nikos Aliagas.

Le 7 mai dernier, le parquet avait plaidé la relaxe. Lors de cette audience, Aurélien Cotentin, de son vrai nom, avait défendu sa liberté de création face à la présidente de Ni Putes Ni Soumises, Asma Guérifi, qui y voyait "un appel à la haine". "Je ne pense pas que les gens soient suffisamment bêtes pour réitérer ce qui est dit dans une chanson, ou alors c'est qu'ils sont dangereux dès le départ", avait plaidé le chanteur de 29 ans.

"J'aime quand ça provoque"

Publiée en février 2009, ce titre décrit en termes très crus la colère d'un jeune homme qui, trompé par sa compagne, la menace de toute une série de violences physiques comme de l'"avorter à l'Opinel". Mardi matin, il a convenu que ses paroles étaient "violentes", mais "c’était le but". Car, a développé Orelsan, "ce que j’aime bien dans l’art, c’est quand ça provoque. Dépeindre quelque chose qui existe et appuyer là où ça fait mal et dépeindre quelque chose de moche, c’est quelque chose qui me plaît".

Sale pute a été visionné plus de quatre millions de fois et reste toujours visible sur le Web.

Regardez le clip :

En 2009, cette chanson avait suscité une vive polémique. Orelsan avait dû annuler une partie de ses concerts, et ses CD avaient été retirés de plusieurs points de vente.

"Au début, c’était de la mauvaise pub. Après, vu que mon deuxième album a bien plu, ça a eu un effet de levier, donc ça m’a fait connaître", a analysé le rappeur sur Europe 1.

Mais, Orelsan regrette que "souvent les gens qui s’exprimaient sur la polémique avaient juste pris des paroles sorties du contexte et n’avaient pas vu le clip". Aujourd’hui, le chanteur français a tourné la page. Preuve en est : dans son deuxième album, qui remporte actuellement un très vif succès, il revient sur cette controverse dans sa chanson Le chant des sirènes : "j’assure. Je suis le génie qui a écrit Sale pute".