Ringer, Thiéfaine et Orelsan triomphent

  • A
  • A
Ringer, Thiéfaine et Orelsan triomphent
Ringer, Thiéfaine et Orelsan ont triomphé samedi soir.
Partagez sur :

Des artistes singuliers, et régulièrement oubliés des Victoires, ont été récompensés samedi.

Prime à la singularité (et à l'ancienneté) : tel pourrait être "le bilan" des Victoires de la Musique 2012. La cérémonie a, en effet, consacré deux des voix les plus singulières de la chanson françaises, d'ailleurs longtemps oubliées de la cérémonie, Catherine Ringer et Hubert-Félix Thiéfaine. L'ascension du jeune rappeur Orelsan a aussi été saluée.

Grande première pour HFT l'anti-star

Hubert-Félix Thiéfaine a remporté samedi soir ses premières Victoires en 40 ans de carrière, celle de l'artiste masculin de l'année et celle de l'album de chansons pour "Suppléments de mensonge". Cette première _ malgré 16 albums studios et une influence revendiquée par nombre de jeunes artistes _ est à l'image d'une figure du rock indépendant qui a construit sa carrière à l'écart du star-system.

Aubert comme "un enfant"

Jean-Louis Aubert a lui aussi été récompensé pour la première fois en 35 ans de carrière par les Victoires, en remportant celle de la tournée de l'année. "Je suis comme un enfant qui rapporterait ce prix à son papa", a-t-il déclaré en coulisses très ému, rappelant que son dernier album "Roc-Eclair" avait été déclenché par la mort de son père.

Catherine Ringer "heureuse de compter encore"

Autre grande figure un peu oubliée des Victoires, Catherine Ringer a été sacrée artiste-interprète féminine de l'année.
Emue, Catherine Ringer a confié être "vraiment très heureuse de compter encore pour vous, d'être utile". Ses premiers remerciements sont allés à Fred Chichin "qui m'a tellement aidé et appris de choses". Accompagnée de son ombre bienveillante, Catherine Ringer a publié l'an dernier son premier album en solo "Ring n'roll" (Because), un bouleversant hymne à la vie et à l'amour.

Oreslan plus fort que la polémique

Autre grand vainqueur de la soirée, le rappeur Orelsan est reparti avec deux trophées, celui de la révélation du public et celui de l'album de musiques urbaines pour "Le chant des sirènes". Cette double consécration de la profession et du public a un goût de revanche pour le jeune rappeur, souvent comparé à l'Anglais The Streets, après la polémique qui avait marqué ses débuts médiatiques. Au printemps 2009 des associations féministes et partis politiques s'étaient offusqués des paroles tirées d'une de ses anciennes chansons, "Sale Pute" jugée violente à l'égard des femmes.
Camille, autre grande favorite de la cérémonie avec trois nominations, est en revanche repartie bredouille.