R.E.M, en cinq tubes

  • A
  • A
R.E.M, en cinq tubes
@ Maxppp
Partagez sur :

Le groupe américain a annoncé sa séparation. Ce qu’il faut retenir de leurs 32 années de succès.

Quinze albums, des tubes planétaires, le tout en un peu plus de trois décennies de collaborations. Le groupe de rock alternatif R.E.M a annoncé mercredi à ses "fans et amis" sa "dissolution" officielle et définitive. "Merci de nous avoir écoutés", ont écrit les membres du groupe sur leur site Internet.

Le quatuor, devenu trio après le départ du batteur Bill Berry, a brillé par la virtuosité de son guitariste Peter Buck, ainsi que par la forte personnalité de son chanteur et parolier, Michael Stip. Europe1.fr revient sur cinq tubes qui ont marqué  la carrière du groupe.

Radio free Europe, premier titre et succès critique. Originaire de l’Etat de Georgie, le groupe sort un premier titre, Radio free Europe, avant de sortir quinze albums. Le premier d’entre eux, Murmur, a été encensé par la critique, le magazine Rolling Stone lui décernant même le titre de meilleur album de l’année, devant Thriller de Michael Jackson.

Leur première performance à la télévision américaine :

Loosing my religion, la gloire. Le groupe connaît un succès populaire en 1990 avec l’album culte Out of time, vendu à 12 millions d’exemplaires dans le monde. Dans cet opus figure Losing my religion, un tube mondial qui inonde les radios, et ont le clip est nommé aux Grammy Awards.

Le clip de Losing my religion :


 

Shiny happy people, l’engagement. Autre tube de l’album Out of time, Shiny happy people marque l’engagement politique du groupe, et notamment de Michael Stip. Ce morceau est une référence toute en ironie à la propagande chinoise autour du massacre de la place Tiananmen, survenu en 1989.

Shiny happy people, dans toutes les têtes en 1990 :

Everybody hurts, la ballade culte. Sorti en 1992 dans l’album Automatic for the people, le titre Everybody hurts a été écrit par le batteur du groupe, Bill Berry. Véritable hymne destiné aux adolescents, le clip de cette chanson, se déroule à l’intérieur d’un embouteillage. On peut y voir les pensées des automobilistes sous forme de sous-titres. À la fin, tout le monde laisse sa voiture, se met à marcher puis disparaît. Une vidéo directement inspirée du premier rêve du film Huit et demi de Fellini.

Le clip de Everybody Hurts :

Man on the moon, succès populaire. Dans le même album, R.E.M sort Man on the Moon. Le titre, le clip et les paroles font référence à la théorie selon laquelle les Américains n’auraient pas marché sur la Lune.

Les derniers albums du groupe, notamment après le départ de Bill Berry en 1997, n’auront plus jamais le même succès. En mars dernier, le groupe éditait Collapse into now, son dernier opus. R.E.M, qui avait passé les dix années précédentes sur la route, n’a pas fait de tournée ensuite, malgré des critiques positives.