Pharrell Williams, star de la musique... et du business

  • A
  • A
Pharrell Williams, star de la musique... et du business
@ Reuters
Partagez sur :

MONEY - Le chanteur et producteur de talent a bâti un véritable empire autour de son nom. 

Le "phénomène Happy" est en concert pour trois soirs à Paris, après un passage par Toulouse et Nantes. Pharrell Williams montera sur la scène du Zénith lundi, mardi et mercredi. Et à chacun de ses passages dans une ville française, c’est à guichets fermés. Le chanteur de GIRL, propulsé star mondiale depuis son titre anti-crise Happy est aussi un homme d’affaires avisé. Derrière l’artiste au look décontracté et à l’éternel chapeau, se cache en réalité un véritable businessman.

17 millions d’euros, c’est ce qu’a gagné Pharrell Williams l’année dernière. A titre de comparaison, le musicien et producteur visionnaire dépasse ainsi le joueur du PSG Zlatan Ibrahimović. Pharrell Williams, déjà célèbre avant Happy, au sein du groupe américain de rap N*E*R*D, ou en duo avec le rappeur et producteur américain Snoop Dogg, a classé trois chansons en tête des ventes, en un an : l’incontournable Happy, bien sûr, mais aussi ses deux collaborations, Get Lucky avec Daft Punk et Blurred Lines, avec Robin Thicke. Seuls les Beatles avaient réussi cette prouesse avant lui.

Chanteur, rappeur et styliste. Comme beaucoup de stars du hip-hop, l’artiste au chapeau ne s’en tient pas à la musique, mais diversifie ses activités. Pharrell Williams possède déjà deux marques de prêt-à-porter, il a aussi créé des modèles de lunettes pour Moncler, des bijoux pour Louis Vuitton ou encore des vêtements pour Uniqlo et Adidas. Le chanteur n’hésite pas à facturer 15.000 euros le quart d’heure de conseil. Un bon coup de pouce pour les marques qui en profitent pour monter leurs prix. Dernier exemple en date : Adidas a passé l’une de ses paires de baskets classiques, signées Pharrell, de 90 à 150 euros. La fortune personnelle de cette star du business, qui multiplie les bons coups, est estimée à, au moins, 65 millions d’euros.