Le piano, roi des 17e Victoires

  • A
  • A
Le piano, roi des 17e Victoires
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les 17e Victoires de la musique classique ont été décernées lundi soir.

David Kadouch (révélation), David Fray (soliste instrumental), Cyril Huvé (enregistrement) : le piano a été à la fête lundi soir lors des Victoires de la musique classique, dont la 17e édition s'est déroulée à l'Opéra Berlioz - Le Corum de Montpellier.

La principale émission consacrée à la musique classique à la télévision avait retrouvé un créneau de diffusion (en direct sur France 3 et France Inter) le lundi en première partie de soirée, avec l'espoir d'enrayer sa baisse continue d'audience.

Les révélations

Quoi qu'il en soit de son audience, l'émission a servi cette année encore de tribune inespérée, à une heure de grande écoute, pour de jeunes artistes au seuil de leur carrière.

Dans la catégorie "révélation artiste lyrique de l'année", la mezzo Isabelle Druet, 30 ans, a été préférée par le public (plus de 50.000 votants selon les organisateurs) à la soprano géorgienne Anna Kasyan et au baryton Marc Mauillon.

Autre révélation, instrumentale cette fois, le pianiste niçois David Kadouch, 24 ans, a devancé le harpiste lyonnais Emmanuel Ceysson et le jeune prodige nantais de la clarinette Raphaël Sévère (15 ans).

Le piano à l'honneur

Le populaire piano a décidément été la vedette de la soirée, sur scène (Hélène Grimaud chez Ravel, Bertrand Chamayou dans Saint-Saëns, Alexandre Tharaud célébrant le bicentenaire Chopin...) comme au palmarès.

David Fray a été sacré dans la catégorie "soliste instrumental de l'année", après deux nominations consécutives (2008 et 2009) infructueuses, face à deux autres pianistes, Bertrand Chamayou et Cyril Huvé. Quant à ce dernier, il a été préféré, à la surprise générale, pour un disque Mendelssohn gravé sur instrument historique chez un éditeur confidentiel (Paraty), aux best-sellers que sont Philippe Jaroussky ("La Dolce Fiamma", Virgin/EMI) et la diva italienne Cecilia Bartoli ("Sacrificium", Decca/Universal).

Enfin, le contre-ténor Philippe Jaroussky s'est consolé avec le trophée de l'"artiste lyrique de l'année", nouvel ajout à un palmarès déjà copieux (révélation en 2004, artiste lyrique en 2007, enregistrement en 2008, sans oublier sa participation au disque "Lamenti" primé l'an dernier).