Le chanteur Yannick Noah cherche son second souffle

  • A
  • A
Le chanteur Yannick Noah cherche son second souffle
@ REUTERS
Partagez sur :

EN BERNE - Son dernier album peine à se vendre et les organisateurs ont dû annuler plusieurs dates de sa tournée. 

Yannick Noah serait-il en quête d'une quelconque reconversion ? C'est la question qui peut se poser après les violentes critiques du chanteur et ancien capitaine de l'équipe de France, il y a quelques jours, à l'égard de l'équipe de France lors de la Coupe Davis. "On est tout le temps dans les histoires. Les mecs ne veulent plus venir en équipe de France. Et on paume, on paume, on paume", avait-il regretté, avant de proposer, à demi-mots, son aide. Reste que pour l'heure, Yannick Noah est encore le chanteur qu'on connaît. Europe 1 s'est donc demandé où en était sa carrière musicale… Et celle-ci patine un peu.

>>> A lire aussi - Coupe Davis : Noah est-il l'homme de la situation ?

Une carrière musicale en berne. Son dernier album, Un combat ordinaire, peine à atteindre les 200.000 ventes. C'est peu comparé à celui sorti en 2000, qui s'était vendu 1.600.000 exemplaires, soit huit fois plus. Les organisateurs ont dû se résigner à annuler plusieurs dates de sa tournée également. A Paris, Renne, Lyon ou Lille, le chanteur ne fait pas salle comble. Souvent, une date sur les deux programmées a sauté. La seconde permettant de rentabiliser le montage de la scène et l'installation de tout le spectacle. Mais les places ne se vendaient pas. Ces concerts 'groupés' sont très loin du triomphe du stade de France il y a quatre ans. Bilan : plusieurs millions d'euros de recettes perdus.

>>> A lire aussi - Clément répond à Noah : "tout est faux"

Deux raisons du désamour. Pourquoi ce désamour des Français ? En cause, d'abord, les prises de position politique de Yannick Noah. Beaucoup estiment que ce n'est pas sa place, a confié un proche du chanteur à Europe 1. Yannick Noah a aussi le "syndrome de l'artiste",  comme on dit dans le milieu. Il veut à présent faire des textes "profonds" et le public adhère moins qu'un bon vieux 'Saga Africa', décrypte Mathieu Charrier, journaliste culture à Europe 1.