La chute du disque ralentit en 2009

  • A
  • A
La chute du disque ralentit en 2009
@ MaxPPP
Partagez sur :

Les ventes de musique baissent encore de 3%, mais loin des 17% de 2007.

Après plusieurs années de dégringolade, la baisse du marché de la musique s'est nettement ralentie en France en 2009, selon un bilan annuel publié lundi. La filière compte sur la mise en oeuvre de la loi Hadopi et de la "carte musique" pour soutenir cette tendance.

En 2009, le marché de la musique enregistrée a représenté 587,8 millions d'euros, en recul de 3,2% par rapport à 2008, a indiqué à Cannes le Snep, principal syndicat de producteurs français, à l'occasion du Midem (Marché international de la musique et de l'édition musicale). Il s'agit d'une nette amélioration par rapport aux baisses enregistrées au cours des dernières années: -15% en 2008 et -17% en 2007. Depuis 2002, le marché de la musique enregistrée en France a baissé de 55%, a rappelé le Snep, pour qui ce ralentissement est "assez porteur d'espoir".

2010, une "année charnière"

L'année 2009 a en fait été scindée en deux : une baisse de 17,8% au premier semestre, puis une embellie très nette de 9,2% au second semestre. Les producteurs estiment que la reprise du marché pourrait être liée aux effets psychologiques de la loi Hadopi sur le public. Même si les premiers avertissements aux internautes pratiquant le téléchargement illégal ne seront envoyés qu'au plus tôt en avril 2010, la loi a été fortement médiatisée lors de son adoption à l'automne.

"Il y a eu aussi sur les six derniers mois un certain nombre d'événements - comme la mort de Michael Jackson qui a relancé une partie de sa discographie - ainsi que beaucoup de sorties en fin d'année, ce qui prouve que plus une offre est riche plus le consommateur va acheter", a ajouté le PDG d'Universal Music France Pascal Nègre.

Pour l'industrie de la musique, 2010 devrait être une "année charnière", a estimé le président de Warner Music France, Thierry Chassagne. Les producteurs comptent beaucoup sur la mise en place effective de la loi Hadopi et sur la création d'une carte "musique" destinée à aider les jeunes à acheter de la musique en ligne pour doper le secteur.