Jean-Louis Aubert chante du Houellebecq

  • A
  • A
Jean-Louis Aubert chante du Houellebecq
Quand il commence à feuilleter Configurations du dernier rivage, c’est le choc se souvient Jean-Louis Aubert.
Partagez sur :

MUSIQUE - L'ancien leader de Téléphone a mis en musique plusieurs poèmes de l'écrivain dans son nouvel album, Les Parages du vide.

C’est l’histoire d’un coup de foudre. Un jour, l’ex-chanteur de Téléphone, qui vient de fêter ses 59 ans, descend de chez lui, se rend dans un bar-tabac, y trouve, sur un présentoir, un recueil de poésie intitulé Configurations du dernier rivage, signé Michel Houellebecq. Il l’achète, presque machinalement : "C’est un petit bouquin que je glisse dans mon sac, que j’oublie et trois jours après, entre deux rendez-vous, j’ouvre le livre à une page précise, où il est inscrit "Isolement". J’ai l’impression que la chanson était déjà faite, qu’elle n’attendait plus que d’être chantée" raconte Jean-Louis Aubert, qui tombe immédiatement amoureux des poèmes de ce petit livre. Il en adapte un, puis deux, d’autres suivront. Le résultat : un album poético-rock’n roll, Les Parages du vide, à partir d’un livre qui invite au voyage.


Le flash. Quand il commence à feuilleter Configurations du dernier rivage, c’est le choc se souvient Jean-Louis Aubert. Les mots du poète prennent vie en notes de musique et il éprouve aussitôt le besoin d’en faire un album. La musique, alors, s’impose d’elle-même, "Incroyablement", confie le chanteur. Il aime les phrases, les consonances… Le chanteur est même rapidement persuadé que Michel Houellebecq chante ses poèmes comme il les entend, lui, en musique.

"C’est mieux que ce que j’ai écrit !" Jean-Louis Aubert ne connaît pas encore  l’écrivain mais il suit son instinct et prend contact avec lui. Ce dernier lui répond très rapidement et les deux hommes se rencontrent trois jours plus tard. Michel Houellebecq se rend chez le chanteur qui interprète "Isolement". "Alors il se lève, et à ma grande surprise, il vient m’embrasser et me dit : C’est mieux que ce que j’ai écrit." Jean-Louis Aubert est très touché : "je suis tout rouge et super content", confie-t-il.

"Avec Michel Houellebecq, c’est un peu comme une histoire d’amour", raconte le chanteur. Le texte l’émeut profondément "à chaque fois", surtout deux chansons d’amour, dit-il, "tellement frontales, tellement déclaratives, que j’ai l’impression d’en n’avoir jamais chanté d’aussi belles. Je n’ai jamais osé." D’ailleurs c’est un peu à l’image de ce que Michel Houellebecq est dans la vie, selon Jean-Louis Aubert, "un homme très amoureux et très lyrique."



Houellebecq, "extrêmement fier". L’ex-chanteur de Téléphone, qui a depuis mené sa carrière en solo, a toujours écrit ses textes. C’est ce qui l’a surpris lui-même. Il ne voulait pas scander le texte comme un Léo Ferré, mais bien le mettre en chanson. "J’ai essayé de me laisser faire, et surtout, de conserver cette émotion du premier moment où j’ai ouvert le bouquin", explique-t-il. Quant à Michel Houellebecq, il est " extrêmement content d’être chanté", a-t-il fait savoir. "Que ça soit mieux que le texte, ça me rend extrêmement fier."

sujet

Ça, c'est (pas) vraiment toi - Téléphone : la (presque) reformation
SURPRISE - Téléphone : un concert (presque au complet)