Fin de l’hystérie Tokio Hotel

  • A
  • A
Fin de l’hystérie Tokio Hotel
@ REUTERS
Partagez sur :

Les Tokio Hotel, qui jouent mercredi à Bercy, n’ont vendu que 10.000 places sur 17.000 disponibles.

Les Tokio Hotel seraient-ils en fin de règne ? Le quatuor allemand, qui a eu l’habitude de jouer à guichets fermés ces dernières années, a beaucoup de mal à vendre les places pour son concert à Bercy mercredi. A quelques heures de la représentation, et après deux ans d’absence, seules 10.000 places sur 17.000 ont été vendues, alors que la vente avait débuté en octobre 2009.

Le phénomène semble donc s’essouffler un peu, même si un noyau dur de fans a campé la nuit dernière devant leur hôtel parisien. Déjà, le 21 juin 2008, le groupe n’avait pas réussi à remplir le Parc des Princes, ce qui avait été un premier signe de la fin de l’engouement du public français pour Bill, le leader charismatique, son frère Tom, Gustav et Georg.

Le concert, qui avait été repoussé d’une journée pour cause de bac, n’avait rassemblé que 25.000 personnes, dans un stade qui peut en contenir le double.

Flop pour l’album

Leur album Humanoïd, sorti le 5 octobre dernier, a été un échec. Il est arrivé 148e du top annuel des ventes de disques, avec 28.513 exemplaires vendus en France. Un énorme échec, surtout après le succès de Schrei, vendu à plus de 400.000 exemplaires en France, et 3 millions dans le monde depuis 2006.

Mais les quatre Allemands peuvent compter sur d’autres pays pour "rattraper" ce relatif échec français. Ils partent en tournée en Asie cette année, et reviennent d’un accueil triomphal en Amérique du sud.

Concert Tokio Hotel Rio

© REUTERS

Reste à savoir si le groupe est définitivement voué à prendre la pente descendante, ou s’il parviendra à adapter sa musique aux goûts d’un public qui a grandi. Très appréciés en Europe en partie grâce au fait qu’ils chantent dans leur langue maternelle, il semble que les Tokio Hotel aient en partie été sanctionnés par leur public, pour avoir cherché à conquérir les pays anglo-saxons avec une version dans la langue de Shakespeare.

REAGISSEZ - Le phénomène Tokio Hotel touche-t-il à sa fin ?