VIDEO - A Hénin-Beaumont, c’est socialiste contre ex-socialiste

  • A
  • A
VIDEO - A Hénin-Beaumont, c’est socialiste contre ex-socialiste
Partagez sur :

Gérard Binaisse, le maire sortant, et Gérard Dalongeville, son prédécesseur, se sont écharpés sur Europe 1. Sous les yeux du FN Steeve Briois.

Selon un récent sondage Ifop pour La Voix du Nord et Europe 1, Steeve Briois, candidat du Front national, est bien parti pour l’emporter à Hénin-Beaumont. Si tel est le cas, le secrétaire général du FN pourra remercier, au soir du 30 mars, ses adversaires socialistes. Car entre Eugène Binaisse, le maire sortant, investi par le PS, et Gérard Dalongeville, ancien maire PS condamné mais candidat quand même, l’ambiance est des plus houleuses. Les deux hommes se sont ainsi écharpés avec des mots très durs mardi soir dans le cadre du train Europe 1 des municipales. Et pendant ce temps, Steeve Briois se frottait les mains.

gerard dalongeville e1default 930620

"Valeurs morales" contre "marionnette du PS". C’est Gérard Binaisse qui a ouvert le feu. "C’est une question de valeurs morales. M. Dalongeville, je me demande ce qu’il fait là ! Quelle place a-t-il ici ? Si j’étais à sa place, (je prendrais) le premier train qui m’emporte vers le sud", a lancé le maire sortant. "Vous n’avez aucune valeur morale, M. Binaisse !", a rétorqué Gérard Dalongeville (photo), en capacité de se présenter après avoir fait appel de sa condamnation à trois ans de prison ferme pour détournement de fonds publics. "Vous êtes l’homme de la Fédération, M. Binaisse. Vous êtes le représentant de la fédération socialiste du Pas-de-Calais. Une fédération perquisitionnée, placée sous tutelle. La marionnette du Parti socialiste, c’est M. Binaisse", a insisté l’ancien maire d’Hénin-Beaumont, destitué par la justice en 2008. Commentaire amusé de Steeve Briois : "la marionnette du moment, je dirais. Il y en a eu d’autres. En général, on lave son linge sale en famille, pas en public."

 

EXTRAIT – "valeurs morales" contre...par Europe1fr

La joute verbale s’est ensuite poursuivie. "M. Dalongeville parlait tout à l’heure de projet. Moi, je lui parlerai d’état des lieux. Il faudrait qu’il sache quel état des lieux il m’a laissé quand il a quitté la mairie. 12 millions de déficit, 9 millions de factures impayées", a réattaqué M. Binaisse. "Vous, vous pourriez parler de dépôt de bilan. "Vous, vous pourriez parler de dépôt de bilan. De combien est la dette ?", lui a rétorqué Gérard Dalongeville. "Elle est inférieure à celle qui était la votre quand vous êtres partis", a répondu Eugène Binaisse, avant de conclure : "M. Dalongeville, il faudra qu’il m’explique un certain nombre de choses si un jour il veut que je lui parle seulement."

briois-carre

"Une insulte faite aux habitants", juge Briois. Dans ce climat délétère, le candidat FN a eu beau jeu de condamner à son tour la présence de Gérard Dalongeville dans ce scrutin. "Je la trouve scandaleuse. C’est une insulte qui est faite aux habitants d’Hénin-Beaumont, qui ont été trompés, trahis, spoliés", a réagi Steeve Briois. "Que cet homme qui a mis la ville en déficit à deux reprises, en 2004 et 2008, quia été révoqué, ose se représenter, c’est l’affaire de la justice, mais personnellement, ça me choque." Quant aux échanges tendus entre Eugène Binaisse et Gérard Dalongeville ? "Et dire qu’il se rabibocheront quand même au deuxième tour. Comme quoi…" Réponse d’Eugène Binaisse : "M. Briois, sachez que vous êtes quand même notre véritable adversaire." Une précision utile.  

COM' - Au fait, c'est qui le maire d'Hénin-Beaumont ?

 EXCLU - Le FN donné gagnant à Hénin-Beaumon

INTERVIEW - Briois : ce sondage à Hénin-Beaumont "me booste"

MONTÉE EN PUISSANCE - Hénin-Beaumont, de l'ombre à la lumière