Reims : duel serré entre le PS et l'UMP

  • A
  • A
Reims : duel serré entre le PS et l'UMP
En 2008, Adeline Hazan, amie proche de Martine Aubry, avait pris la ville, bastion ancré à droite depuis plus de 30 ans
Partagez sur :

RÉSULTATS - L'UMP Arnaud Robinet est arrivé en tête au 1er tour des municipales avec 39,63% devant la maire PS sortante Adeline Hazan (38,29%) et la liste du FN (16,01%).

>>> Retrouvez les résultats des municipales dans les 36.682 communes de France via notre moteur de recherche en cliquant ici 

http://www.europe1.fr/Municipales/Resultats/

L'UMP Arnaud Robinet est arrivé légèrement en tête au premier tour des municipales à Reims avec 39,63% devant la maire PS sortante Adeline Hazan (38,29%) et la liste du FN Roger Paris (16,01%), arbitre du second tour dans une triangulaire. La liste Front de Gauche (3,41%) et celle de Lutte Ouvrière (2,65%) confèrent à Adeline Hazan une réserve de voix lui permettant d'aborder la triangulaire du second tour en position relativement favorable malgré sa seconde place.

La maire sortante, qui conduit une liste PS-EELV-PCF-PRG, peine à retrouver un résultat similaire à celui réalisé au premier tour de 2008 (42,6%) avec un taux de participation de 51,94%, légèrement inférieur à celui du scrutin précédent (53,90%). L'UMP Arnaud Robinet, qui arrive en tête avec un avantage de 682 voix, est en recul sensible par rapport au total des deux listes de droite présentes en 2008 (48%) à la faveur d'un Front national qui conforte son implantation à Reims en augmentant de près de 12 points son score de 2008.

La clé de l'élection semble être entre les mains des électeurs frontistes qui, s'ils se reportaient vers la liste d'Arnaud Robinet, seraient à même de faire basculer la ville à droite. Selon un récent sondage qui plaçait la maire sortante en tête du premier tour, 60% des Rémois se déclaraient satisfait de son action dans la cité des sacres. En 2008, Adeline Hazan, amie proche de Martine Aubry, avait pris la ville, bastion ancré à droite depuis plus de 30 ans, avec 56,07% des voix face à une UMP divisée par une primaire sauvage entre les deux ex-ministres Catherine Vautrin et Renaud Dutreil.