Quand la guerre Fillon-Copé se joue sur la Croisette

  • A
  • A
Quand la guerre Fillon-Copé se joue sur la Croisette
@ MAXPPP
Partagez sur :

MUNICIPALES - A Cannes, le filloniste David Lisnard et le copéiste Philippe Tabarot sont engagés dans une bataille serrée.

A Cannes, l'UMP n'en finit pas de rouvrir ses plaies. Sur la Croisette, c'est le match retour Copé-Fillon qui se joue lors des prochaines municipales. La bataille est féroce entre le filloniste David Lisnard, soutenu par le maire sortant Bernard Brochand, et Philippe Tabarot, protégé par Jean-François Copé.

"Un pistolet à chacun". Fait insolite, la commission d'investiture de l'UMP a refusé, en décembre dernier, de trancher entre les deux frères ennemis en vue des municipales. Le fief étant de toute façon acquis à la droite, le principal parti d'opposition a préféré éviter de laver une nouvelle fois son linge sale en famille, laissant les deux candidats estampillés UMP se déchirer entre eux. "Il va y avoir du sang sur les murs !", avait pronostiqué, légèrement emphatique, le maire sortant Bernard Brochand, furieux de ne pas voir son dauphin adoubé par le parti, alors qu'il est lui-même numéro trois sur sa liste. David Lisnard a d'ailleurs résumé l'ambiance Tontons flingueurs qui règne sur la Croisette, à deux mois des municipales. "Aujourd'hui, c'est comme si on nous avait dit : 'Je veux que vous fassiez la paix mais je vous donne un pistolet à chacun", a confié ce proche de François Fillon au Journal du dimanche.

Deux candidats, deux styles. A part leur âge, les deux quadragénaires n'ont pas grand chose en commun. D'un côté, le filloniste David Lisnard, premier adjoint omniprésent, président du Palais des festivals et des congrès, silhouette svelte de marathonien, s'est forgé une réputation de gros travailleur et fin connaisseur des dossiers techniques. Mais ses opposants raillent sa froideur et lui reproche d'avoir une haute idée de lui-même. De l'autre, Philippe Tabarot, frère de Michèle Tabarot, maire de la commune voisine du Cannet, veut jouer sur les failles de son adversaire. Devenu champion dans le serrage de mains, le conseiller municipal d'opposition, à la carrure de joueur de rugby, répète à qui veut l'entendre qu'il sera "un maire de proximité".

Coup pour coup. Philippe Tabarot reproche à son frère ennemi d'avoir momifié Cannes. Philippe Tabarot, lui, se voit attaquer sur sa connivence avec sa soeur Michèle, députée-maire UMP de la commune limitrophe du Cannet et bras droit de Jean-François Copé. "Cannes ne doit pas être renfermée sur elle-même, elle ne doit pas être une mairie annexe d'une autre commune !", tacle David Lisnard. "L'intérêt de Cannes est que je sois élu. Il y a trop d'imbrications familiales pour que ce soit serein".

Sarkozy en arbitre ? "Sur tout, ne te laisse pas tirer vers le bas", aurait conseillé Nicolas Sarkozy à David Lisnard. L'ancien président, qui suit sa femme dans son Carla Tour, pourrait être présent vendredi à Cannes, lors d'un concert qu'elle donnera sur la Croisette. L'occasion de jouer les arbitres dans ce duel fratricide ?