Quand l’équipe de Tabarot bidonne un reportage de TF1

  • A
  • A
Quand l’équipe de Tabarot bidonne un reportage de TF1
@ REUTERS
Partagez sur :

LA BOULETTE - Au Canet, le chef de la police municipale briefait les intervenants afin qu’ils louent un dispositif mis en place par la mairie.

L’INFO. Voilà une révélation du plus mauvais effet. En campagne pour sa réélection au Cannet, Michèle Tabarot, vice-président de l’UMP, a assuré ces dernières semaines la promotion d’un dispositif novateur : le "police drive", dont l’objectif est de déposer des plaintes à la police sans quitter son véhicule. Problème : mardi, Mediapart révèle que le chef de la police municipale avait briefé les intervenants d’un reportage de TF1 pour qu’ils vantent les mérites du système.

"Je devais montrer que c'était très bien". Dans ce sujet, diffusé dans le 13 heures du 20 février, une passante se montre particulièrement enthousiasmée par le dispositif municipal. "Comme je suis une femme seule, si je suis poursuivie, je viens directement ici", explique-t-elle au volant de sa voiture. Quelques temps plus tard, la même femme contacte Mediapart pour expliquer que c’est le chef de la police en personne qui l’a alpaguée et lui a "fait signe de venir". "Il m'a dit : ‘vous pouvez faire une démonstration ? Vous reculez, vous ré-avancez, et vous appuyez sur le bouton' (...) Il m'a dit : 'vous êtes une femme seule. Vous voyez, c'est une bonne idée, ça apporte un plus au Cannet.' Je devais montrer que c'était très bien. J'ai fait ce qu'il m'a dit car la police, c'est la police. À aucun moment il ne m'a pas dit que c'était pour TF1", a-t-elle expliqué.

Une pratique courante. Mediapart ne s’est pas arrêté là, et a passé quelques coups de téléphone à des policiers locaux. Qui ont alors révélé que la pratique était courante et que cela faisait des années que leur chef les "réquisitionnait" pour "bidonner" des reportages. L’un d’entre eux a par exemple raconté s’être déguisé en motard "sur demande du chef de service" et "avec la complicité du journaliste de TF1" pour un sujet sur les contrôles éthylotest préventifs. La mairie n’a pas souhaité réagir à ces accusations.

sur le même sujet, sujet,

MUNICIPALES - Quand la guerre Fillon-Copé se joue sur la Croisette

FAMILLE - L'embarrassant frère de Michèle Tabarot