Municipales : une fête pour le FN, une défaite pour le PS

  • A
  • A
Municipales : une fête pour le FN, une défaite pour le PS
@ Reuters
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - Le premier tour des municipales donne plusieurs candidats d'extrême droite en tête. L'UMP est

>>> Retrouvez les résultats des municipales dans les 36.682 communes de France via notre moteur de recherche en cliquant ici

La droite est arrivée avec une bonne tête d'avance au soir du premier tour des élections municipales, rassemblant 46,54%, des suffrages, contre 37,74% pour la gauche et 4,65% pour le Front national, selon des résultats "consolidés" annoncés dans la soirée par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

# Les cadres du FN se frottent les mains

Le Front national se frotte les mains. A Hénin-Beaumont, son objectif principal, Marine Le Pen sait déjà, avant même le second tour, qu'elle pourra s'appuyer sur un édile frontiste. Steeve Briois, après des années de présence dans cette cité du Nord, l'a en effet emporté avec 50,26% des suffrages.

maxnewsworldtwo171158-1

Quant à Robert Ménard, qui porte les couleurs du Rassemblement Bleu Marine à Béziers, il serait en pole position avec 45%, selon une estimation CSA. Florian Philippot, vice-président du FN, réaliserait quant à lui 35,75% à Forbach, ce qui le placerait en tête. Autre bonne nouvelle pour le Front national, son candidat à Avignon, Philippe Lottiaux arriverait en tête avec 29,4% des voix, devant la socialiste Cécile Helle (27,5%), selon une estimation TNS Sofres-Sopra. Même chose à Fréjus, où David Rachline arriverait en tête avec 40,2%. Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen et tête de liste à Perpignan, devance le candidat socialiste de presque 5 points (34,4% contre 29,8%).

Si ces résultats ne sont pour le moment que des estimations, Marine Le Pen a très vite évoqué "un cru exceptionnel pour le FN", signe, selon elle, de la "fin de la bipolarisation de la vie politique". "Aujourd'hui, ils se libèrent de ce carcan d'une manière importante en mettant le FN en tête dans des villes importantes (...) et ils ne répondront pas à la tentative qui est la vôtre de leur faire peur", a-t-elle déclaré sur TF1.

>> Le décryptage d'Olivier Duhamel : Un score "très impressionnant" pour le FN mais...

# Les barons de l’UMP résistent bien

Réélu dans sa commune de Meaux (Seine-et-Marne) avec 64%, Jean-François Copé, patron de l’UMP, a estimé dimanche soir que "les conditions d'une grande victoire sont réunies pour le second tour". Nombres de cadres de son mouvement ont en effet été réélus dans un fauteuil, à commencer par son ami Christian Jacob, qui garde son poste de maire de Provins (Seine-et-Marne), avec 73,36% des voix.

maxnewsworldtwo171158-1

Laurent Wauquiez a lui aussi le sourire. L’ancien ministre est en effet réélu pour un troisième mandat au Puy-en-Velay (Haute-Loire), avec "plus de 67%" des voix. François Baroin va quant à lui entamer son quatrième mandat après avoir enregistré ce dimanche 62,56% des voix. Une autre bonne nouvelle est venue de Niort, qui bascule à droite pour la première fois depuis... 60 ans ! Le radical Jérôme Baloge, un enseignant de 40 ans qui avait le soutien de l'UMP, a été élu avec plus de 53% des voix face à la maire socialiste sortante, Geneviève Gaillard. Jean-François Copé misait également beaucoup sur Angers. A raison, puisque le sénateur Christophe Béchu est en tête avec près de 35% des voix et est en position favorable, comme Jean-Luc Moudenc à Toulouse (37,7% contre 31,6% pour le maire socialiste sortant)

Quant à Alain Juppé, personne ne s'inquiétait pour lui à Bordeaux. Ce qui n'était pas le cas de Jean-Claude Gaudin à Marseille. L'édile, en poste depuis 1995, arrive pourtant très largement devant son adversaire socialiste, qu'il distance de 20 points.

# Et Paris alors ?

A Paris, les sondages donnaient tous Anne Hidalgo en tête au premier tour. Raté, c’est finalement Nathalie Kosciusko-Morizet qui pointe en pole position, avec 34,8% contre 33,6% pour la socialiste. Mais dans la capitale, le mode de scrutin est différent puisque ce sont les conseillers de Paris, élus dans chaque arrondissement, qui vont ensuite élire le maire. Et à ce petit jeu, c’est Anne Hidalgo qui est en ballotage favorable, notamment grâce à au mauvais score de sa rivale dans le 14e arrondissement, Nathalie Kosciusko-Morizet étant distanciée de sept points par la liste PS (32 contre 39,3%).

#Abstention

Ce sera une des données qui va animer l'entre-deux-tours. Comme craint par nombre de responsables politiques, les Français ne se sont pas déplacés en masse dans les bureaux électoraux. A une heure du matin, le taux d'abstention calculé par le ministère de l'Intérieur sur plus de 22,5 millions de bulletins dépouillés s'élevait en métropole à 38,62%. Lors des précédentes élections municipales, en 2008, l'abstention avait déjà atteint un record historique, à 33,46% avec une participation de 66,54% au premier tour, et à 34,80% au second tour (participation de 65,20%).

>>> Retrouvez les résultats des municipales dans les 36.682 communes de France via notre moteur de recherche en cliquant ici

sur-le-meme-sujet-sujet

L'ESSENTIEL - Municipales : la droite à 48%, la gauche à 43%

ZOOM - Ces villes où le Front National est en tête

PARTICIPATION - Municipales : l'abstention s’élève à 35%

ANALYSE - Olivier Duhamel : un score "très impressionnant" pour le FN mais...

REACTION - Marine Le Pen : un crû exceptionnel pour le FN 

REACTION - Ayrault en appelle au front républicain

REACTION - Copé en appelle à "celles et ceux qui ont voté pour le FN"

PARIS - NKM donnée en tête au 1er tour mais...