Municipales : un délinquant sexuel exclu d’une liste à Calais

  • A
  • A
Municipales : un délinquant sexuel exclu d’une liste à Calais
Partagez sur :

JUSTICE - Michel Torrens a été condamné à 8 mois de prison avec sursis pour attouchements sexuels.

L’INFO. Un message anonyme, envoyé à la rédaction de Nord Littoral, a plongé dans l’embarras le candidat du Parti radical de gauche (PRG) à Calais, Yann Capet : "pas mal la liste de Capet avec un individu fiché sur la liste des délinquants sexuels". Et c’est vrai : en 2006, Michel Torrens a été condamné à huit mois de prison avec sursis pour attouchements sexuels. Et son nom, à la demande du Tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer, a été inscrit au fichier national des délinquants sexuels, le Fijais. Le PRG l’a aussitôt exclut.

Pourquoi a-t-il été condamné ?Nos confrères de Nord Littoral se sont plongés dans leurs archives. Le 7 mai 2006, on pouvait lire dans leurs colonnes les dessous de la condamnation de Michel Torrens. Le chef d’entreprise s’est à l’époque livré à des attouchements sexuels sur une stagiaire de 19 ans, qu’il avait également tenté d’embrasser. Il lui avait même imposé de venir travailler avec un décolleté…

Comment est-il arrivé sur cette liste ? Yann Capet assure qu’il n’était pas au courant des antécédents judiciaires de son colistier. C’est Antoine Deguines, un autre de ses colistiers, qui lui a présenté. "Je ne m'en souvenais pas. Cette histoire commence à dater. Michel Torrens avait rejoint le PRG. Il voulait s'engager en politique", raconte-t-il. Mais sa version de l’histoire change quelque peu après l’annonce de l’exclusion de Michel Torrens : "Michel est un ami et il était mon client. J'ai cru qu'il avait le droit à l'oubli... On parle de faits anciens, c'était il y a huit ans. Quand j'ai parlé du Fijais à Michel Torrens, avant de rejoindre la liste de Yann Capet, il m'a dit qu'il n'en n'avait plus de nouvelles", a-t-il reconnu dans Nord Littoral, avant de sa démission à Yann Capet.

sur le même sujet, sujet,

LISTE NOIRE - Des "indésirables" au FN

SANCTIONS - Injures racistes : l'heure du ménage au FN