Municipales 2014 : le tour de France des résultats

  • A
  • A
Municipales 2014 : le tour de France des résultats
@ MAXPPP
Partagez sur :

RESULTATS - Le second tour des élections municipales a rendu son verdict, marquant une large victoire de la droite et une nette poussée du FN. Inversement, la gauche est largement défaite.

>>> Retrouvez les résultats des municipales dans les 36.682 communes de France via notre moteur de recherche en cliquant ici

# L’ESSENTIEL

- Après la défaite cuisante de la majorité, Jean-Marc Ayrault a évoqué "un message clair, qui doit être pleinement entendu".

- Malgré une déroute au niveau national, le PS conserve Paris.

- Le Front national est donc bien l’un des grands vainqueurs des élections municipales 2014. Dimanche soir, il a remporté au moins 11 communes, dont Béziers et Fréjus.

- L’autre grand vainqueur du scrutin, c’est l’UMP. Jean-François Copé espérait une vague bleue, il l’a eue. Beaucoup de villes, comme Quimper, Saint-Etienne ou Toulouse, ont ainsi basculé à droite.

- Deux vainqueurs, donc, et un grand perdant, le Parti socialiste. Selon le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, la gauche a perdu 155 villes de plus de 9.000 habitants.

- Selon le ministre de l'intérieur Manuel Valls, l'abstention est de 36,3%, un niveau inédit pour ce type de scrutin sous la 5e République. A titre de comparaison, au deuxième tour de 2008, l'abstention finale était de 34,80%. Au premier tour le 23 mars, elle s'était établie à 36,45%.

Infographie antisèche 2d tour

# UNE "DEFAITE POUR LE GOUVERNEMENT"

Jean-Marc Ayrault, qui s'est exprimé vers 22 heures , n'a pas esquivé. "Ce soir est un moment de vérité. Je le dis sans détour : ce vote est une défaite pour le gouvernement et pour la majorité", a-t-il déclaré. "Ce message est clair, il doit être pleinement entendu". Alors qu'un remaniement devrait intervenir prochainement, Jean-Marc Ayrault a plaidé pour la constitution d'une "équipe gouvernementale efficace et soudée et une majorité rassemblée". "Le président tirera les enseignements de ce scrutin, il le fera dans l'intérêt de la France. Ce soir, c'est bien l'intérêt de la France qui doit être la préoccupation de chacune et de chacun d'entre nous", a-t-il conclu.



# PARIS RESTE A GAUCHE

Anne Hidalgo

A n'en pas douter, le Parti socialiste va insister sur la situation à Paris. Dans un contexte de déroute nationale, la gauche est parvenue à conserver la capitale. Selon les premières estimations, Anne Hidalgo remporterait 54,5% des voix. "C'est une victoire éclatante pour Anne Hidalgo, dans un contexte politique dramatique pour la gauche", a lancé Jean-Louis Missika, le codirecteur de campagne d'Anne Hidalgo.

>>> A lire aussi : Hidalgo conquiert Paris

# DE NOUVELLES MAIRIES FN

Hénin-Beaumont n'est plus seule. Steeve Briois l'avait emporté dès le premier tour dans la commune du Pas-de-Calais dimanche dernier. Il en a remporté au moins 11 dimanche soir. Le plus attendu, c'était Robert Ménard à Béziers.L'ancien président de RSF soutenu par le FN a recueilli un peu plus de 47% des voix, un score supérieur à celui du premier tour (44,8%). Il devance largement le candidat de droite Elie Aboud (entre 33,8 et 35% des voix) et le socialiste Jean-Michel Du Plaa (entre 17,6% et 18,9%), qui avait refusé d'appliquer le Front républicain et s'était maintenu.

menard-vote

A Fréjus, dans le Var, David Rachline a écrasé la concurrence en recueillant 45,2% des voix. Beaucaire, dans le Gard, tombe aussi dans le giron du FN. le candidat Julien Sanchez a annoncé sa victoire. Villers-Cotterêt, dans l'Aisne et Hayange, en Gironde, sont également désormais tenues par le FN. Par ailleurs, le candidat du Front national Cyril Nauth, 32 ans, avec 30,26% des voix, a ravi à la maire socialiste sortante Mantes-la-Vill,  la seule commune d'Ile-de-France qui sera dirigée par l'extrême droite

>>> A lire aussi : ces villes conquises par le front national

18.06 Gilbert Collard 930x620

Des déceptions. Le Front national a tout de même connu des déceptions certaines. les deux vice-présidents du mouvement ont ainsi été battus.A Forbach, en Moselle, Florian Philippot a reconnu sa défaite face au maire sortant socialiste, Laurent Laurent Kalinowski. Louis Aliot ne fait pas mieux à Perpignan, puisqu'il est nettement battu par le maire sortant, Jean-Marc Pujol, qui conduisait une liste d'union UMP-UDI, par 55,3% contre 44,7% des voix. Enfin à Saint-Gilles, Gilbert Collard a reconnu sa défaite. "Je prends acte du résultat mais je suis content. Vu la coalition qu'il y avait contre moi, c'est une victoire. On échoue à quelques centimètres. Moins de 200 voix d'écart, environ 150. On va déposer un recours", a-t-il déclaré.

# DE TRES NOMBREUSES BASCULES A DROITE

bernard poignant e1default 930620

68 villes de plus de 30.000 habitants ont déjà basculé de gauche à droite ou au FN aux municipales, dont six au premier tour, tandis que trois villes sont passées de droite à gauche, selon les résultats définitifs dimanche à 0h30. La droite a ravi à la gauche un nombre impressionnant de communes. Parmi les plus emblématiques, citons Quimper, où le très proche de François Hollande Bernard Poingant (photo), vainqueur des trois dernières municipales, a été battu par l'UMP Ludovic Jolivet (56,65% contre 43,35%). Angers, Saint-Etienne, ou encore Reimsbasculent elles aussi à droite.

Autre coup dur pour la gauche : la bascule de Toulouse. La droite a reconquis Ville rose, qu'elle avait perdue de peu en 2008, à l'issue d'un second tour serré remporté par l'UMP Jean-Luc Moudenc avec 51% des voix, selon une estimation TNS Sofres-Sopra. Le maire socialiste sortant Pierre Cohen remporte 49% des suffrages.

Au total, au moins 25 villes de plus de 30.000 habitants ont déjà basculé de gauche à droite (ou au FN), selon les résultats définitifs dimanche vers 21h15. 

Gaudin en père peinard à Marseille. Sans surprise, Jean-Claude Gaudin a été très tranquillement réélu à Marseille pour un quatrième mandat consécutif.

>>> A lire aussi : ces défaites historiques de la gauche

Copé se félicite. "Le premier parti de France, c'est l'UMP", s'est du coup félicité Jean-François Copé, président de l'UMP, dimanche au soir du second tour des élections municipales. "Aujourd'hui, il est clair que l'UMP va remporter plus de la moitié des villes de plus de 9.000 habitants", a-t-il déclaré sur TF1. Trois villes de droite seulement avaient basculé à gauche à 0h30 : Avignon, Douai et Lourdes.

Au niveau national, la droite obtiendrait en moyenne 45% des voix au deuxième tour des élections municipales dans les communes de 1.000 habitants au moins, et la gauche 43%, selon un sondage OpinionWay pour Le Figaro publié dimanche. Le FN obtiendrait 7% des suffrages et les divers 5%, selon ce sondage réalisé dans la journée de dimanche auprès de 4.480 inscrits sur les listes électorales, représentatif de la population française.

# LES RARES SATISFACTIONS DU PS

Outre Paris, le Parti socialiste pourra se consoler avec quelques belles victoires. Ainsi, Avignona pris le contre-pieds des résultats nationaux en basculant à gauche. Cécile Helle, à la tête d'une liste PS-EELV, obtiendrait 47,2 %, battant le FN Philippe Lottiaux (34,7 %), arrivé en tête au premier tour, et l'UMP-UDI Bernard Chaussegros (18,1%), selon cette estimation.

Le Parti socialiste peut aussi se targuer de conserver quelques bastions. C'est le cas notamment de Strasbourg, où Roland Ries conserve la mairie. C'est aussi le cas de Lille, où Martine Aubry est élue pour un troisième mandat consécutif. C'est enfin le cas de Boulogne-sur-Mer, où le ministre des transports Frédéric Cuvillier a sans surprise été réélu.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

RÉSULTATS - Découvrez qui est votre nouveau maire ici

FN - Ces nouvelles villes qu'il va diriger

PARTICIPATION - Vers une abstention record

DIRECT VIDÉO - Suivez l'émission spéciale d'Europe 1