Le FN, ce candidat UMP en est revenu

  • A
  • A
Le FN, ce candidat UMP en est revenu
Arnaud Cléré, représentant local de l'UMP et Mariel Houyelle, le délégué cantonal du FN n'ont finalement pas réussi à s'entendre.@ Europe1
Partagez sur :

DOC E1 - Arnaud Cléré a demandé à être réintégré après avoir travaillé avec les frontistes.

L’INFO. Le fait est assez rare pour être souligné. Après avoir voulu s’allier avec le Front National pour les élections municipales, un candidat UMP a écrit à Jean-François Copé afin d’être réintégré à son parti d’origine. Selon lui, le FN ne propose rien de concret pour sa ville. Certains débordements l’ont franchement refroidi.

Alliance de circonstance. Arnaud Cléré, militant UMP de la Somme, avait annoncé à la mi-mai 2013 sa volonté de faire liste commune avec le Front National pour l’élection municipale de Gamaches. "Il n'y a pas de honte à s'allier avec le FN (…) C'est la clé pour faire basculer la mairie à droite", avait confié le trentenaire au micro d’Europe 1. Quelques jours plus tard, le bureau politique de l’UMP avait décidé de l’exclure du parti.

>>> Europe 1 s'est procuré la lettre envoyée par Arnaud Cléré à Jean-François Copé :

 

Retour aux sources. Depuis, Arnaud Cléré est revenu de son expérience. Dans une lettre envoyée au président de l’UMP, Jean-François Copé, il détaille l’expérience qu’il a vécu et les raisons pour lesquelles il désire être réintégré à l’UMP.



Joint par le site Rue89, il s’explique. “J’ai fait une erreur, celle de penser que le FN était un parti fréquentable. Quand on voit Marine Le Pen à la télévision, on ne peut pas imaginer à quoi ressemble l’arrière-boutique. (...) J’ai vu des tatouages de croix gammées sur deux ou trois personnes. (...) J’ai aussi très vite été choqué par les propos homophobes et xénophobes des militants”, détaille-t-il.

Réintégré.Interrogé lors du Grand Rendez Vous d’Europe 1, Jean-François Copé a évoqué la réintégration du militant et appuyé sur le fait que le FN et l’UMP ne partageaient pas les mêmes points de vue. “Nous avons eu les mêmes échos en Haute-Garonne où ils se sont aperçus que la droite et l’extrême-droite, ce n’est pas la même chose”, a déclaré le président de l’UMP.

Poursuites du FN. Dans un communiqué, le secrétaire général du FN Steeve Briois a affirmé qu'aucune des têtes de listes présentes ce jour-là n'arborait de tatouage nazi et a indiqué que le FN "engage des poursuites pour diffamation contre Monsieur Cléré". "Imaginer qu'ils puissent y avoir des réunions de nazis homophobes à Hénin Beaumont, ça suscite une grosse crise de fou rire !", a réagi Marine Le Pen au micro d'Europe 1. "C'est une petite opération minable de Monsieur Copé…", a ajouté la présidente du FN.