"Je m’engage à ne pas changer le nom de Houilles"

  • A
  • A
"Je m’engage à ne pas changer le nom de Houilles"
@ Facebook de Florian Bohême
Partagez sur :

COUP DE GUEULE - Le candidat socialiste assure que les "habitants sont choqués" par la proposition de son rival.

L’INFO. Trop c’est trop. "Changer de nom serait renier notre histoire", tonne Florian Bohême. Agacé par le retentissement médiatique de la proposition d’un de ses rivaux dans la course à la municipale, le candidat socialiste de la ville de Houilles a fait savoir, sur Moi Maire, le site participatif d’Europe1, que lui n'avait de problème avec l'idée de devenir le maire d’Houilles.

Sans-titre-1

Des arguments "fallacieux". Europe1.fr a contacté Florian Bohême pour en savoir un peu plus. Et le jeune homme est passablement énervé. "Ce monsieur (Bruno Comby, à l’origine de la proposition, ndlr) n’est même pas né ici, il s’y est installé il y a sept ans, ce qui explique qu’il ne connaisse pas bien notre histoire. Mais le problème est que ça parasite la campagne. Il y a pourtant de vrais enjeux, et notamment la question du Grand Paris", estime-t-il.

Bruno Comby Houilles Oville

Pour Bruno Comby (photo), changer de nom est pourtant "un vrai enjeu" car selon lui, "un chef d’entreprise qui souhaite implanter un siège social fera rire tous ses collègues du Rotary en annonçant qu’il s’installe à Houilles". Un argument jugé "fallacieux" par le candidat du PS, qui rappelle que "Houilles est à quatre minutes de La Défense, et 60% des Ovillois travaillent là-bas. Donc vous croyez vraiment que des entreprises vont venir s’implanter chez nous ?".

"Une ville particulière, avec une histoire". Florian Bohême aime sa ville, et ça s’entend. Il a donc décidé d’envoyer un communiqué aux rédactions pour rétablir sa vérité. Houilles restera Houilles. "C’est une ville particulière, avec une histoire. Changer de nom serait renier notre histoire… et cela ne changerait pas la vie des habitants." Et de citer avec fierté Victor Schœlcher, mort à Houilles le 25 décembre 1893, et "père de l’abolition de l’esclavage en France". Sans oublier que "la Kommandantur allemande s’est un temps installée ici pendant la Seconde Guerre mondiale."

Sans-titre-2

"La bonne nouvelle, c’est que l’on se rappelle de nous !" Et les Ovillois dans tout ça ? "Les gens considèrent cette proposition comme nulle et non avenue. Les plus anciens sont choqués !", assure Florian Bohême. "Que, dans une campagne électorale, il y ait des clivages entre les candidats, d’accord, mais de là à heurter la population, là je dis stop !", poursuit le jeune trentenaire, élu de la commune depuis l’âge de… 12 ans, au Conseil municipal des jeunes. Mais parce qu’il faut savoir tirer du positif dans tout, "la bonne nouvelle, c’est que l’on se rappelle de nous !".

sur le même sujet, sujet,

• OUILLE OUILLE - Il ne veut pas être le maire d'Houilles

• DIFFICILE A PORTER - Maires de Bidon ou Bourré... et fiers de l'être !

• MOI MAIRE : Et si le maire, c’était vous ?