Fabien Engelmann, de militant CGT à maire FN

  • A
  • A
Fabien Engelmann, de militant CGT à maire FN
@ Maxppp
Partagez sur :

PORTRAIT - Exclu de la CGT en 2011 pour s'être présenté aux cantonales sous les couleurs FN, Fabien Engelmann a été élu maire d'Hayange.

>> Retrouvez les résultats des municipales 2014 dans les 36.682 communes de France via notre moteur de recherche en cliquant ici.

 L'INFO. Il faisait partie des surprises frontistes du premier tour. A Hayange - la ville des hauts fourneaux d'ArcelorMittal qui ont fermé en avril 2013 après deux ans de lutte syndicale -, Fabien Engelmann était arrivé en tête avec 30,41%, contre 20,40% pour le candidat de l'UMP Thierry Rohr et 19,21% pour le maire socialiste sortant Philippe David. Et si les listes de gauche se sont unies pour lui faire barrage, rien n'y a fait : dimanche, Fabien Engelmann a été élu maire Hayange avec avec 34,70% des voix.

Qui est-il ? Fabien Engelmann, 34 ans, est ouvrier territorial dans le service public. Très jeune, il s'engage dans des associations de protection animale." J’avoue mon admiration pour Brigitte Bardot, qui a tout donné à cette juste cause', confie-t-il un jour au site Riposte laïque. Puis vient l'heure de l'engagement syndical, à la CGT. En 2011, c'est le clash : parce qu'il se présente aux élections cantonales avec l'étiquette FN, la centrale décide son exclusion. Problème : la section locale le soutient massivement. C’est donc l'ensemble du syndicat de la mairie de Nilvange, où il travaille, qui est dissout.

Inconnu quelques jours plus tôt, Fabien Engelmann fait une entrée en fanfare sur la scène médiatique, allant jusqu'à assurer qu'il allait porter plainte contre la CGT pour "discrimination politique". Et il devient le symbole d'une certaine gauche qui ne se reconnait plus dans ses dirigeants et tombe dans les bras du Front national.

Quel est son parcours politique ? Fabien Engelmann commence son parcours à gauche. Et bien à gauche même puisque c'est à Lutte ouvrière qu'il tracte pour la première fois. "J’appréciais Arlette Laguiller pour son franc-parler et sa sincérité", se souvient-il. De 2001  2008, il est candidat à différentes élections locales, puis il se lasse du "côté assez fermé de LO et de sa tendance à refuser l’association avec d’autres forces de gauche".

En mai 2009, il décide donc de rejoindre le Nouveau parti anticapitaliste. L'aventure va très vite tourner court. Olivier Besancenot décide d'investir une candidate voilée aux élections régionales. Fabien Engelmann ne comprend pas, et claque la porte : "voir cette fille prétendument républicaine arborer un symbole de l'oppression féminine m'a semblé complètement fou. Les amis que j'avais recrutés sur ma liste m'ont dit : 'Fabien, on s'en va'. On a eu un débat interne, on est restés pour ne pas abandonner les militants en rase campagne mais on s'est abstenus de distribuer le moindre  tract. On a fait 2 % et c'était bien fait. Après, on a tous déchiré nos cartes", a-t-il raconté au Monde.

Pourquoi a-t-il rejoint le Front national ? Déçus par les partis de gauche, Fabien Engelmann est perdu. En 2010, dans son canapé, il a une révélation. A la télévision, Marine Le Pen malmène Jean-François Copé lors d'un débat. "Je me suis dit : "c'est une Gauloise comme je les aime, elle y va !" Il assiste alors à l'une de ses réunions publiques, dit ensuite que "Marine lui a ouvert les yeux sur l'immigration". Il franchit le pas en octobre 2010 en prenant sa carte au FN. Sur lui, l'opération de dédiabolisation a marché à plein, même si, au début, il a du mal à assumer : "j'avais un peu peur du regard des gens", admet-il dans Le Monde. Il reçoit d'ailleurs quelques insultes et menaces. Mais il passe outre, convaincu que seule Marine Le Pen peut sauver la France. Aujourd'hui, il arbore fièrement, dans sa biographie Twitter, son nouveau rôle de "conseiller politique de Marine Le Pen au dialogue social". Demain, il pourra rajouter la mention, "maire FN de Hayange".

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

RÉSULTATS - Découvrez qui est votre nouveau maire ici 

FN - Ces nouvelles villes qu'il va diriger

PARTICIPATION - Vers une abstention record

DIRECT VIDÉO - Suivez l'émission spéciale d'Europe 1