"Candidats, déclarez-vous sans tarder"

  • A
  • A
"Candidats, déclarez-vous sans tarder"
Le 6 mars prochain, à 18h pétantes, le délai sera dépassé pour déposer sa candidature aux prochaines municipales@ MAXPPP
Partagez sur :

INFO E1 - En raison de nouvelles contraintes, de nombreuses petites communes n'ont pas encore bouclé leurs listes aux municipales.

Compte à rebours. Le 6 mars prochain, à 18h pétantes, le délai sera dépassé pour déposer sa candidature aux prochaines municipales. Et à une semaine de l'échéance, selon les informations collectées par Europe1, il y a de sérieux retards : dans près de la moitié des communes de moins de 1.000 habitants, il n'y a tout simplement pas de liste. Au point que le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, a lui même envoyé une lettre aux préfets pour leur demander de relancer les candidats.

De contraignantes nouveautés. Les principales raisons de cette pénurie de candidats : deux nouveautés mise en place pour les élections de mars prochain. D'une part, quel que soit le nombre d'habitants, les candidats doivent désormais se déclarer officiellement à la préfecture, avec l'obligation de constituer un long dossier administratif. D'autre part, il y a la contrainte de la parité, qui s'applique maintenant aux communes de 1.000 à 3.500 habitants. En clair, les listes doivent compter autant de personnes des deux sexes.
mairie

Pénurie. En Gironde par exemple, dans près de la moitié des communes du département, aucune déclaration de candidature n'a été déposée. "Candidats, déclarez-vous sans tarder. Il y a 102 grandes communes et 45% des petites" pour lesquelles il n'y a pas de candidats, sur un total de 542 mairies, prévient ainsi sur Europe 1 le préfet Michel Delpuech. Même problème dans le Nord, où il n'y pas de liste dans 46% des petites communes et 40% des grandes. Dans le Rhône également, seules 200 listes sur 292 communes ont été déposées. Et dans 18 communes (essentiellement de moins de 1000 habitants), aucune liste n'a été déposée.

"Fini pour moi". Du coup, depuis une semaine, les candidats s'arrachent les cheveux pour compléter leurs listes. C'est le cas par exemple à Chassiers, petite commune ardéchoise où le maire et unique candidat, Jean-Marie Knockaert, passe ses soirées à faire du porte à porte pour recruter ses colistiers. "Il me manque quatre personnes, deux hommes et deux femmes. Le plus difficile c'est de trouver des femmes. Elles ont des charges de familles, elles travaillent. Ce sont des difficultés auxquelles nous n'étions pas habitués", témoigne l'édile au micro d'Europe1.

"Du démarchage je ne fais que ça, que ça, que ça. Ou des appels aux peuples. Si en fin de semaine je n'ai pas constitué ma liste, je pourrais dire 'c'est fini pour moi", poursuit l'élu, qui rit jaune.

"Un enfer". Certains candidats en sont même à appeler des associations au secours. "Ils recherchent des femmes dans leurs listes et viennent nous voir. Mais c'est surtout pour avoir un nom et pas forcément pour donner des responsabilités", regrette ainsi Laurence Hervé, présidente de Femme 3000, une association de Touraine.

Parmi tous les candidats appelés par Europe1, la plupart viennent tout juste de finaliser leurs listes. Ca a été "un enfer" nous a par exemple confié Emmanuel Rat, maire sortant de Chatillon-sur-Loire, dans le Loiret. Car pour assurer la parité sur sa liste, il a du écarter deux de ses adjoints.

sur le même sujet, sujet,

PRATIQUE - Savez-vous ce qui se passe s'il n'y a pas de candidat ?

PRATIQUE - Savez-vous qu’un maire peut gagner moins de 600 euros ?

CANDIDATE ! Miss France 2012 s'engage en Alsace

SOUS LE SOLEIL - Adeline Blondieau se lance en politique