Le père de Facebook fait son mea culpa

  • A
  • A
Le père de Facebook fait son mea culpa
@ REUTERS
Partagez sur :

Il admet avoir fait des erreurs notamment sur les paramètres de confidentialité des utilisateurs.

Mark Zuckerberg s’excuse. Et le fait est suffisamment rare pour être souligné. Le patron (de 26 ans !) a admis dimanche avoir commis "un paquet d'erreurs" sur Facebook. Le jeune chef d’entreprise tente, en fait, de redorer le blason de son site qui subit depuis quelques semaines de vives critiques quant à la confidentialité de ses utilisateurs. Une grogne devenue embarrassante pour l’image de Facebook.

"Mon espoir après tout ça c'est que notre service sera meilleur, et que les gens comprendront que nos intentions sont bien placées, et que nous réagissons aux réactions des gens pour qui nous travaillons", écrit Mark Zuckerberg dans un email adressé à un bloggeur influent de la Silicon Valley, Robert Scoble, qui dit l'avoir publié avec son accord.

Des réajustements

Facebook va donc ajuster le tir. Ce mea culpa de Mark Zuckerbeg intervient après que le site a annoncé samedi de prochains changements. De nouvelles options de confidentialité "plus simples et plus faciles d'usage" devraient être proposées aux utilisateurs dès cette semaine. Quelques modifications ont déjà été mises en place, notamment un réglage par défaut qui permet aux utilisateurs de faire savoir quelles pages internet ils apprécient particulièrement.

Mais le site a été pris à son propre jeu. En voulant bien faire, Facebook s’est retrouvé la cible de ses utilisateurs mécontents. Une page intitulée "Comment détruire définitivement votre page Facebook", qui compte 47.000 membres, a été créée.

Plus de sécurité

La semaine dernière, Facebook avait déjà annoncé quelques modifications notamment en termes de sécurité. L’une d’elle donne la possibilité pour un utilisateur de faire la liste des appareils (ordinateur, iPhone, etc.) qu'il utilise habituellement pour se connecter au site. Et si quelqu'un tente d'accéder à sa page depuis un appareil qu’il n’a pas indiqué, ou qu’il n’a pas utilisé auparavant, le membre reçoit une alerte par email ou par texto.

Une deuxième fonctionnalité permet désormais de "bloquer les connexions suspectes avant qu'elles n'aient lieu", selon le blog du réseau social. Lorsque Facebook suspecte une personne non-autorisée d'essayer de se connecter à un compte qui n'est pas le sien, une question secrète apparait (date de naissance…) afin d’identifier la personne.

Baisse de régime

Outre les critiques de ses utilisateurs, Facebook semble subir un petit coup de mou, selon le site d'informations spécialisées SearchEngineLand, qui a calculé que Facebook avait assisté à un ralentissement des nouvelles inscriptions sur le site. Facebook revendique, tout de même, 400 millions d'utilisateurs dans le monde.

REAGISSEZ - Maîtrisez-vous les paramètres de confidentialité de votre compte Facebook ?