Le CSA met TF1 et Canal+ au piquet

  • A
  • A
Le CSA met TF1 et Canal+ au piquet
@ REUTERS
Partagez sur :

Le CSA impose aux deux chaînes de signaler leurs erreurs à l'antenne.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a imposé pour la première fois la lecture d'un communiqué sur les antennes de TF1 et de Canal+ pour plusieurs manquements à la rigueur de l'information. "Chaque communiqué sera lu, dans un délai de huit jours, au cours de l'émission pour laquelle le manquement a été constaté. Il précisera les faits reprochés à la chaîne", stipule le CSA qui a adressé ce mardi un courrier aux deux chaînes concernées.

3 chaînes dans le collimateur

Dans le collimateur des sages du CSA, trois erreurs reprochées à TF1, parmi lesquelles, la diffusion le 3 avril 2009 dans le Journal de 20 heures d’un reportage sur le projet de loi Hadopi accompagné d'images de l'Assemblée nationale pleine, alors que seulement 16 députés étaient présents en séance.

Le CSA sanctionne Canal+ pour un sujet de l'émission politique Dimanche Plus du 18 octobre dernier sur l'élection du président de l'Epad (l’Etablissement public d'aménagement de la Défense), diffusé avec des images provenant d'un site internet sans rapport avec l'élection.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a également engagé une procédure de sanction à l'égard de France 2 qui avait annoncé à tort le décès d'un enfant, le jeune Enis, le 1er octobre dernier, dans un reportage diffusé dans le journal de 13 heures.

De 35 dossiers en 2008 à 76 en 2009

Par ailleurs, le CSA affirme avoir constaté sur plusieurs chaînes de radio et de télévision "une augmentation préoccupante du nombre de manquements à l'obligation de rigueur". Au total 76 dossiers ont été traités en 2009 contre 35 en 2008. Les principaux manquements concernaient l'utilisation sans vérification d'images mises en ligne sur internet, l'annonce erronée de décès, le manque de rigueur dans la présentation de certaines informations, des atteintes au droit à l'image.

Sanction "choquante et disproportionnée"

Le directeur général de Canal+ Rodolphe Belmer a aussitôt qualifié la sanction d"'étonnante, choquante et disproportionnée". Pour lui, cette sanction "créée un précédent unique dans les médias". "Elle remet en cause la capacité d'un diffuseur à se comporter en média responsable et à faire de lui même et à chaud les rectificatifs nécessaires", a-t-il déclaré avant de rappeler que la chaîne avait "spontanément" corrigé son erreur.

"On ne veut pas se contenter de distribuer des contraventions qui finissent dans le caniveau. On a rangé le carnet à souche", a noté Rachid Arhab. Le membre du CSA parle d’une première "qui a un sens", et qui repose sur "un constat très négatif.

Dimanche 14 mars, Claire Chazal a lu dans son journal de 13h, le communiqué du CSA mettant en avant des erreurs de TF1 dans ses journaux.