La Ligue de Football réclame 10 millions d'euros à Twitter

  • A
  • A
La Ligue de Football réclame 10 millions d'euros à Twitter
@ MAXPPP
Partagez sur :

GROS SOUS - La LFP reproche au réseau social de permettre la violation des droits à l'image de la Ligue 1 via sa filiale, l'application Vine.

Le Vine, un classique des soirées Ligue 1. Tous les amateurs de foot les ont vues surgir sur le Net il y a quelques mois. Ces vidéos très courtes, six secondes, qui tournent en boucle sur les sites de sport. On y voit se rejouer, inlassablement, les actions phares, dribbles, buts, passes lasers et tacles assassins, qui ont pimenté les matches de la soirée. Ces vidéos, mises en ligne grâce à l'appli Vine, filiale de Twitter depuis 2012, sont le cauchemar de la LFP, le Ligue de Football Professionnel, qui attribue les droits sportifs de retransmission de la Ligue 1 à Canal + et beIN Sports. Sous la pression des deux chaînes de télé, la LFP a donc chaussé les crampons pour tacler Twitter et Vine. La Ligue réclame 10 millions d'euros de dédommagement à Vine, après lui avoir adressé trois mises en demeure, rapporte le Figaro.

>> LIRE AUSSI - Pas d'impôt pour l'Euro 2016

Difficile de lutter contre Vine. Pour la LFP comme pour les chaînes de télé, ces vidéos sauvages sont une catastrophe. Une concurrence déloyale contre laquelle il est difficile de lutter. Twitter, de son côté, a mis en place un système pour notifier l'existence des vidéos pirates. Mais les vidéos restent assez longtemps en ligne avant d'être enlevées pour être visionnées des milliers de fois. Il faut dire que le réseau social a tout intérêt à les laisser être diffusées, puisqu'elles sont accompagnées de publicités.

 >> LIRE AUSSI - La coupe est pleine pour beIN Sports

Des algorithmes pour traquer les vidéos pirates. En Angleterre, où la Premier League, le championnat anglais, représente des enjeux financiers bien supérieurs, le directeur de la communication du championnat Dan Johnson a expliqué que l'instance avait mis en place des "crawlers", des algorithmes qui permettent de scanner les pages internet automatiquement pour débusquer les vidéos pirates postées. Le même programme de lutte a été lancé contre les Gifs, des images animées également utilisées pour faire des résumés de matches. "Nous devons protéger notre propriété intellectuelle", expliquait Dan Johnson à Slate.

 >> LIRE AUSSI - Canal reprend en main la Ligue 1

10 millions d'euros de dédommagement ? En France comme en Angleterre, les diffuseurs de foot sur le Net payent un tribut à la Ligue de Football. Dans l'Hexagone, Dailymotion, Youtube, mais aussi l'Equipe, ont acheté ce droit en 2012. Ils sont concurrencés fortement depuis plus d'un an par les Vine postés sur Twitter, où l'on trouve même des comptes spécialement dédiés à ces courtes vidéos. Selon le Figaro, 50 vidéos piratées circulent en moyenne sur Twitter à chaque journée de championnat, soit 1.900 par saison ! Or, des sites Internet ont déjà été condamnés à 5.000 euros pour avoir diffusé un Vine. A ce prix-là, Twitter pourrait devoir débourser 10 millions d'euros pour dédommager la LFP.