Après le piratage, TV5 Monde reprend l'antenne

  • A
  • A
Après le piratage, TV5 Monde reprend l'antenne
@ Capture d'écran Facebook
Partagez sur :

Pendant trois heures, la chaîne qui diffuse des informations internationales n'a pas pu émettre. La faute à des pirates se revendiquant de l'Etat islamique. Les programmes ont repris jeudi après-midi. 

La chaîne francophone TV5 Monde a été piratée mercredi soir, l'empêchant d'émettre ses programmes pendant près de trois heures. Des pirates informatiques, se réclamant du groupe Etat islamique, ont endommagé ses systèmes et pris le contrôle de ses sites internet et réseaux sociaux mercredi vers 22h. Depuis minuit, TV5 Monde semble avoir repris le contrôle de ses pages Facebook, mais son site internet était toujours "en maintenance" très tôt jeudi matin. "On a repris la main sur Facebook et Twitter", a précisé Yves Bigot. Vers 18 heures jeudi, TV5 Monde a pu reprendre la diffusion normale de ses programmes. "Il y a une reprise totale de l'antenne. Tout fonctionne", s'est félicité Pascal Guimier, le directeur de la rédaction. Le journaliste s'est également interrogé sur l'objectif réel de cette attaque : il suppose que les hackers "voulaient prendre l'antenne en otage". "Leur but était peut-être de diffuser le message aussi sur les antennes et pas seulement sur les réseaux sociaux et nos sites", a-t-il développé.

• Le déroulé de l'attaque. Toutes les émissions de TV5 Monde ont été coupées vers 22h et jusqu'aux alentours de 1h du matin, la chaîne affichant alors un écran noir. Vers minuit, son directeur Yves Bigot expliquait : "Nous ne sommes plus en état d'émettre aucune de nos chaînes. Nos sites et nos réseaux sociaux ne sont plus sous notre contrôle et ils affichent tous des revendications de l'Etat islamique". Hélène Zemmour, directrice numérique de la chaîne, a qualifié l'attaque "d'inédite en trente ans" dans une interview à Francetv info.

Tôt jeudi matin, il a expliqué commencer "à pouvoir réémettre un programme sur un certain nombre de zones" dans lesquelles la chaîne est diffusée. Pourtant, les journaux de la matinale n'ont pas pu être filmés. Les plateaux de la chaîne sont restés vides, comme le montre un journaliste sur place.



Mais "nos systèmes ont été extrêmement détériorés" par cette attaque "d'une puissance inouïe" et le retour à la normale "va prendre des heures, voire des jours", a-t-il ajouté. Au total, TV5 Monde regroupe onze chaînes diffusées dans le monde entier, comme TV5 Monde Afrique ou encore Tivi5, dédiée à la jeunesse.

• Une attaque minutieusement préparée. "Tout s'est effectué de manière très synchronisé", a détaillé Hélène Zemmour. Ce sont d'abord les systèmes informatiques internes puis les programmes qui ont été touchés. La messagerie professionnelle de l'entreprise a été bloquée, "ce qui a compliqué la tâche pour entrer en contact avec les équipes de Twitter et Facebook afin d'y récupérer le contrôle de nos compte", ajoute-t-elle.

• L'engagement militaire de la France en ligne de mire. Des documents présentés comme des pièces d'identité et des CV de proches de militaires français impliqués dans les opérations contre l'EI ont été postés sur le compte Facebook de TV5 Monde par les pirates. "Soldats de France, tenez-vous à l'écart de l'Etat islamique ! Vous avez la chance de sauver vos familles, profitez-en", pouvait-on lire dans un message des pirates publié sur Facebook pour accompagner ces documents. "Au nom d'Allah le tout Clément, le très Miséricordieux, le CyberCaliphate continue à mener son cyberjihad contre les ennemis de l'Etat islamique", ajoutait le texte.

Le message accusait également le président français François Hollande d'avoir commis "une faute impardonnable" en menant "une guerre qui ne sert à rien". "C'est pour ça que les Français ont reçu les cadeaux de janvier à Charlie Hebdo et à l'Hyper Casher", ajoutaient les pirates. Ces revendications font référence à l'engagement de la France dans la coalition militaire internationale qui frappe régulièrement les positions du groupe Etat islamique en Irak, mais aussi en Syrie - même si les avions français ne sont engagés que sur le premier terrain.

• Le gouvernement s'empare de l'affaire. Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la communication, souhaite réunir les dirigeants des grands médias français à la suite de ce piratage. "A travers cette attaque, c'est la liberté d'expression, c'est la culture qui sont visées, parce que la culture est une arme contre l'obscurantisme, le fanatisme, la barbarie", a estimé la membre du gouvernement. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé l'ouverture d'une enquête. De son côté, le Premier ministre Manuel Valls a assuré sur Twitter les équipes de TV5 Monde de son soutien et dénoncé une une "atteinte inacceptable à la liberté d'information et d'expression". Le gouvernement a dans la foulée réuni les patrons des grands médias audiovisuels français pour les briefer sur les dangers d'une cyberattaque.