Domenech, meilleur ennemi des médias

  • A
  • A
Domenech, meilleur ennemi des médias
@ REUTERS
Partagez sur :

Tour d’horizon des plus belles sorties médiatiques du sélectionneur de l’équipe de France.

Mardi à 20h, Raymond Domenech annoncera en direct sur TF1 la liste des 23 bleus sélectionnés pour Coupe du monde. Un évènement particulièrement attendu, mais aussi un exercice très compliqué pour le sélectionneur de l’équipe de France, dont les relations avec les médias sont pour le moins contrariées.

Cette annonce avait d’abord été programmée au dimanche 2 mai, en accord avec la fédération. On ne sait pas si le fait que le 11 mai coïncide avec la Sainte-Estelle – sa compagne est la journaliste Estelle Denis - a un quelconque rapport avec cette décision, mais le fait est que TF1 n’a semble-t-il pas trop eu le choix. Tant pis pour l’annonce en direct dans Téléfoot le dimanche matin. Une nouvelle décision "surprise" du sélectionneur donc, qui est passé maître dans l’art de dérouter les médias.

Sa demande en mariage

Rappelez-vous. Nous sommes le 17 juin 2008, et la France vient de sortir par la petite porte de l’Euro 2008, après un match catastrophique face à l’Italie. Les Français, très déçus de cette élimination en poule, attendent des explications du sélectionneur. Oui mais voilà, à la question "quel est l’avenir de l’équipe de France ?", il répond "je n’ai qu’un seul projet, c’est d’épouser Estelle".

Revoyez cette séquence mémorable :

Une déclaration qui a attisé un désamour naissant avec les Français, mais aussi avec les journalistes. Il faut dire que "l’histoire d’amour" de Domenech avec les journalistes était plutôt mal engagée.

Comme chiens et chats avec TF1

Déjà, le 28 mai 2006, le sélectionneur s’en était assez violemment pris à Thierry Gilardi, à l’époque à la tête du magazine hebdomadaire Téléfoot. Il avait exprimé son mécontentement face aux commentaires de TF1, chaîne partenaire des Bleus, sur le comportement "froid" des joueurs de l’équipe de France. Un reproche qui avait entraîné un face-à-face musclé avec le journaliste aujourd’hui décédé. "Je m'élève en faux contre ce reportage. C'est proprement scandaleux de présenter les choses comme ça", avait-il déclaré.

Autre couac mémorable : l’annonce de la sélection des Bleus en mai 2006, en exclusivité dans Téléfoot. Pendant quelques secondes, les téléspectateurs de TF1 n’avaient pu voir que Raymond Domenech présentant des documents, sans même annoncer le nom des joueurs. La primeur de ses commentaires avait été donnée à l’opérateur SFR, avec qui Domenech était en contrat.

De l’art de la pirouette

Conscient de l’animosité qu’il suscite, Domenech sait à chaque fois rebondir par une petite phrase, même dans les situations les plus difficiles. Lorsqu’en novembre 2009, France Football avait eu le malheur d’annoncer une rémunération annuelle de 862.000 euros le concernant, la réponse avait été plus que cinglante. "C'est loin du compte. Je n'essaye même pas de contredire parce que c'est dans la ligne éditoriale habituelle. C'est un pur mensonge", avait-il répondu sur France Bleu. De quoi rhabiller le magazine pour l’hiver…

Ce fut aussi le cas en septembre 2008, lorsqu’il avait été sifflé par le public pendant le match France-Serbie. "Heureusement que les lois d’exception et la guillotine n’existent plus, sinon certains parmi vous se feraient un malin plaisir de m’envoyer sur l’échafaud", avait-il lancé.

La seule voie de la réconciliation pour le sélectionneur serait certainement que la France fasse bonne figure au Mondial. Un scénario auquel les Français ne croient pas vraiment...