Charb : "François Cavanna, un esprit libre dans un journal libre"

  • A
  • A
Charb : "François Cavanna, un esprit libre dans un journal libre"
@ MAXPPP
Partagez sur :

REACTION - L'actuel directeur de Charlie Hebdo a réagi à la mort du dessinateur et fondateur du journal satirique.

François Cavanna est mort mercredi soir à l’hôpital Henri Mondor de Créteil, où il avait été admis pour une intervention après une fracture du fémur. L'écrivain, dessinateur et humoriste, était atteint de la maladie de Parkinson depuis plusieurs années. Charb, l'actuel directeur de Charlie Hebdo, revient sur la personnalité hors du commun de cet autodidacte, qui avait créé le journal satirique Hara-Kiri. Évoquant la maladie, Charb assure que l'on pouvait tenir une conversation "complètement normale avec lui", précisant qu'il avait "encore écrit dans Charlie récemment." Depuis la recréation du journal en 1992, François Cavanna y signait des papiers chaque semaine, "et la semaine où il n'écrivait pas, ça voulait dire qu'il s'était cassé quelque chose", confie Charb.

"Ce qui lui donnait envie de se lever le matin, c'est qu'il savait qu'il pourrait écrire", explique encore le directeur du journal satirique, au micro d'Europe 1 : 



Charb : "Cavanna, un esprit libre dans un...par Europe1fr

Charlie continue, avec l'esprit de Cavanna. "On va continuer à faire vivre l'esprit de Cavanna dans Charlie Hebdo, qui reste son journal", a encore réagi Charb en guise d'hommage. "Sans lui, on ne serait pas là pour en parler." S'il fallait décrire le fondateur d'Hara-Kiri en une phrase, "Cavanna, c'était un esprit libre dans un journal totalement libre", raconte Charb, avant d'ajouter : "et financièrement indépendant." Il y a beaucoup de d'humoristes ou de dessinateurs qui peuvent s'exprimer sur le ton Hara-Kiri, parce qu'il y a eu un Hara-Kiri avant. 

Hara-Kiri, le journal "bête et méchant". François Cavanna avait créé en 1960 avec Georges Bernier, alias "Professeur Choron", le journal avant-gardiste et ricanneur Hara-Kiri, dont la ligne est bien résumée par son slogan : "journal bête et méchant".  Interdit en novembre 1970, après sa Une sur la mort du général de Gaulle: "Bal tragique à Colombey: 1 mort", Charlie Hebdo lui succéda une semaine plus tard, dans la même veine sarcastique. 

sur le même sujet, sujet,

DECES - François Cavanna, fondateur de Charlie Hebdo est mort

L'ACTU POUR LES NULS - D'Hara-Kiri à Charlie Hebdo, ce journal bête et méchant

PHOTO - Charlie Hebdo caricature Zlatan