Y-a-t-il une bonne télé-réalité ?

  • A
  • A
Y-a-t-il une bonne télé-réalité ?
@ M6/TF1
Partagez sur :

Le CSA veut distinguer les émissions "positives" des racoleuses, pour protéger le jeune public.

Les centaines d’émissions de télé-réalité sont loin d’être toutes pareils. Il y a en effet un monde entre le familial Un dîner presque parfait et le plus polémique Secret Story.

C’est pourquoi le CSA a tenu à lancer une grande étude jeudi sur ce type d’émission. Dix ans après l’arrivée du genre en France, l’institution veut ainsi distinguer les programmes "véhiculant des valeurs de solidarité", et celles "scénarisées et racoleuses".

Mission : protéger le jeune public

Au total, une centaine d'émissions de télé-réalité ont été répertoriées sur toutes les chaînes de télévisions. Le but reste avant tout de protéger le jeune public, le CSA ayant noté que les adolescents délaissaient de plus en plus les programmes jeunesse au profit des télé-réalités.

120 plaintes reçues contre Secret Story

Le CSA a décidé de mener cette étude suite à un record de plaintes relatives à la protection du jeune public. Sur les 873 reçues en 2009, 120 concernaient ainsi l’émission Secret Story 3, qui diffusait régulièrement des images des candidats dénudés ou parlant vulgairement, sans signe d’interdiction aux moins de 10 ans. Le CSA est également intervenu auprès de Dilemme, qui a diffusé sur W9 des images "portant atteinte à la dignité humaine", en montrant une candidate affublée d'un collier de chien et d'une laisse pour faire gagner de l'argent à son équipe,

Le CSA veut plus particulièrement mettre l’accent sur des télé-réalités très écrites. "Quand c'est très scénarisé, il faut que le téléspectateur le sache", insiste ainsi Françoise Laborde, présidente du groupe de travail sur la protection de l'enfance. Elle cite ainsi l’exemple de l'émission "Ca va se savoir", qui met en scène des couples en crise de façon souvent caricaturale, mais en annonçant dès le générique que les personnes sur le plateau sont des acteurs.

Les conclusions de cette étude sont attendues pour janvier-février 2011.