VIDEO - The Voice 4 : y a-t-il une "French touch" ?

  • A
  • A
Partagez sur :

DIVERTISSEMENT - La finale de The Voice 4 a eu lieu samedi soir sur TF1. Mais au fait, qu'est-ce qui différencie la version française des autres programmes dans le monde ? Nikos Aliagas nous répond.

Lilian a remporté samedi soir la quatrième édition de The Voice succédant  à Kendji Girac. C'est le public qui en a décidé ainsi au terme d'une saison qui a encore fait les beaux jours de TF1. En moyenne, entre 6 à 7 millions de téléspectateurs se sont passionnés chaque samedi soir pour ce télécrochet reposant sur le principe des auditions à l'aveugle. Des audiences en légère baisse par rapport aux saisons précédentes mais qui permettent encore à TF1 de faire la course en tête. Un programme qui ne cartonne pas seulement en France d'ailleurs puisqu'en 2013, The Voice était l'émission de divertissement la plus regardée dans le monde avec 70 millions de téléspectateurs. 

Lancé en 2010 aux Pays-Bas, le concept a depuis été adapté dans une cinquantaine de pays, en 2012 pour ce qui est de la France. Nikos Aliagas, animateur sur Europe 1 et présentateur de The Voice France explique qu'"il y a une spécificité française quand on parle de The Voice". Alors qu'est-ce qui différencie la version française des adaptations de nos voisins ? 

Des albums qui se vendent mieux qu'ailleurs. Première spécificité : Nikos Aliagas souligne qu'"en termes d'artistes qui vendent des albums", le format français "est en tête tous pays confondus dont les Etats-Unis". Contacté par Europe1, Shine France, qui produit The Voice France assure ainsi que depuis le lancement de l'émission en France en 2012, cinq artistes (Arbogast, Frero Delavega, Kenji, Olympe et Louane) ont vendu à eux seuls deux millions d'albums (dont 900.000 pour Kendji Girac). 

Une émission ouverte à tous les Francophones et un répertoire très large. Des Québécois, des Libanais, des Israéliens, des Marocains, des Italiennes...Les talents "viennent du monde entier dans cette émission parce qu'ils peuvent aussi interpréter des chansons en français et en langues étrangères", explique Nikos Aliagas, qui voit dans The Voice France une sorte de "catalyseur des pays francophones". Le format français se distingue aussi par la variété des chansons interprétées. Les artistes peuvent passer de Rihanna à un répertoire plus classique comme celui d’Edith Piaf. Un large éventail, qui fait-on remarquer chez Shine France, est une vraie spécificité par rapport à nos voisins étrangers. 

C'est votre question, c'est toutes les semaines :

>> VOIR AUSSI - Quand Mika et Nikos Aliagas dévoilent les coulisses de The Voice

>> VOIR AUSSI - Louane Emera : "The Voice a tout changé"

>> VOIR AUSSI - Nikos Aliagas : "Ces talents se mettent en danger"