Vers un renflouement de Libération

  • A
  • A
Vers un renflouement de Libération
La rédaction de "Libération" (photo d'illustration).@ MAXPPP
Partagez sur :

PRESSE - La direction du journal présente jeudi un plan de recapitalisation aux salariés, alors que Laurent Joffrin devrait revenir aux commandes du quotidien.

Une sortie de crise ? Jour décisif pour l'avenir de Libération. La direction du journal présentera jeudi aux salariés un plan de renflouement largement financé par Patrick Drahi, le patron de Numericable et bientôt de SFR, et annoncera aussi la nomination de Laurent Joffrin à la tête du journal.

Le comité d'entreprise devra se prononcer sur ce plan de recapitalisation de 18 millions d'euros, majoritairement apportés par Patrick Drahi, qui deviendra l'un des principaux actionnaires de Libé. Cette recapitalisation remettra le quotidien à flot, après des mois de quasi-faillite. Ces derniers mois ont aussi été marqués par une guerre ouverte de la rédaction contre les projets de transformation du journal annoncés par Bruno Ledoux, copropriétaire de l'immeuble qui abrite Libération et artisan de ce nouveau tour de table.

>> LIRE AUSSI : Patrick Drahi, le sauveur mystère de Libération ?

Une posture de sauveur de la presse. Mais pourquoi cet homme d'affaires discret porte-t-il tant d'intérêt à un titre pourtant bien mal en point ? "Patrick Drahi est très attaché au pluralisme dans la presse française, dont Libération est un titre important", a expliqué un de ses proches. Le patron du groupe de télécoms Altice et de Numéricable, qui s'intéresse de plus en plus aux médias, s'affiche ainsi comme le chevalier blanc de l'un des grands journaux français, lui auquel le ministre Arnaud Montebourg, partisan de l'offre concurrente de Bouygues sur SFR, avait reproché son statut de résident fiscal suisse.

17/09/2013 Laurent Joffrin Nouvel Observateur Elysée e1default 930x620

Le retour de Joffrin dans les tuyaux. La nouvelle direction de Libération devait aussi annoncer l'arrivée de Laurent Joffrin à la direction de la publication et de la rédaction. Il remplacera Nicolas Demorand, qui a démissionné en février. Elle compte ensuite nommer un adjoint venant des médias numériques.

Ce sera la troisième fois que Laurent Joffrin, 61 ans reviendra à la tête de Libération, après avoir alterné avec le Nouvel Observateur, qu'il a dirigé plusieurs fois et dont il a été forcé de quitter la direction en mars par les nouveaux propriétaires du magazine, le trio Niel-Bergé-Pigasse.

Au sein de la rédaction, ce retour d'un habitué de la maison ne suscite ni engouement, ni rejet particulier. "A propos de Joffrin, il y a deux écoles", expliquait récemment un journaliste à Europe 1. "Certains sont rassurés car c'est quelqu'un qui connaît la boîte et l'équipe, et qui sait au moins gérer un journal papier. Mais d'autres ont peur de l'immobilisme : Laurent Joffrin a tout de même 61 ans, et pas vraiment un profil pour développer le numérique".

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

SURPRISE - Patrick Drahi, le sauveur mystère de Libération ?

L'INFO - Le plan de rachat de Libération validé

PORTRAIT - Patrick Drahi, ce milliardaire qui a décroché SFR

FEUILLETON - SFR sera (bien) racheté par Numéricable

PRESSE - Laurent Joffrin quitte la tête du Nouvel Obs