USA : un texte antipiratage divise

  • A
  • A
USA : un texte antipiratage divise
En novembre 2010, 82 sites ont été fermés aux Etats-Unis@ Reuters
Partagez sur :

Neuf géants du Net américain se mobilisent contre des projets de loi du Congrès américain.

Ils font front commun contre le Congrès. Facebook, Twitter, Google et Yahoo!... Neuf grands groupes internet américains ont envoyé une lettre mardi au Congrès pour protester contre des projets de loi visant à lutter contre le piratage.

Ces textes, actuellement à l'étude, donneraient aux autorités américaines plus d'outils pour lutter contre les sites internet accusés de pirater de la musique et des vidéos, et de vendre des biens contrefaits. Ils sont soutenus par l'industrie du cinéma et de la musique, mais ont déjà été dénoncés par des associations de défense de la liberté d'expression.

Bien qu'ils affirment épouser l'objectif de lutte "contre les site internet étrangers 'voyous' voués à la contrefaçon ou à la violation de propriété intellectuelle", ces groupes s'opposent à la méthode utilisée par les élus.

"Un risque grave pour l’innovation"

"Malheureusement, tels qu'ils sont rédigés ces projets de loi exposeraient des sociétés américaines du secteur d'internet et des technologies, qui sont respectueuses du droit, à de nouveaux risques incertains (..) qui exigeraient la surveillance de sites internet", selon les signataires.

"Nous craignons que ces mesures représentent un risque grave pour l'innovation et la création d'emplois dans notre secteur, et nous nous inquiétons pour la cybersécurité du pays", ajoutent-ils.

L'administration Obama a déjà été critiquée pour avoir fermé des dizaines de "sites voyous" dans l'année écoulée. En novembre 2010 par exemple, 82 sites vendant des marchandises de contrefaçon, dont des clubs de golf, des films Disney, ou des sacs à mains, la plupart fabriqués en Chine, ont été fermés.