Un plan de départs à France Télévisions

  • A
  • A
Un plan de départs à France Télévisions
France Télévisions présente un plan de départs volontaires.@ MaxPPP
Partagez sur :

Le groupe public compte supprimer 361 postes. Les syndicats protestent.

La direction de France Télévisions présentera mardi matin en comité central d'entreprise (CCE) un plan de départs volontaires portant sur 361 postes, qui suscite la colère des syndicats, prêts à mobiliser les salariés contre ce projet. Ce plan s'adressera aux salariés de plus de cinq ans d'ancienneté, a-t-on indiqué de source syndicale, avec des indemnités d'un mois de salaire par année plus des bonus selon l'âge, plafonnées à 24 mois de salaire. Le guichet départs s'ouvrira du 25 février au 30 juin prochain.

Les postes éligibles touchent toutes les branches du groupe et parfois l'ensemble d'un service, que la direction souhaite supprimer, a déclaré Antoine Chuzeville, secrétaire général du Syndicat national des journalistes (SNJ) de France Télévisions, qui accuse la direction de vouloir faire du groupe "une télé low-cost". Ainsi sont concernés les 28 postes de la rédaction de l'AITV (l'Agence internationale d'images de télévision, filiale dédiée à l'actualité africaine) et les services de sous-titrage, que la direction veut externaliser, a-t-il détaillé. La direction "veut amener France Télévisions vers le low-cost, par exemple pour que les journalistes reporters d'image (JRI) fassent davantage de débats et de plateau, au lieu de reportage", a-t-il encore dit.

Le groupe a toujours pour objectif de ramener l'effectif moyen à 9.750 équivalents temps plein d'ici 2015 contre 10.100 en moyenne en 2013. "Ce plan constitue une base de négociation inacceptable. Nous allons mobiliser les salariés. La réponse sera à la hauteur de l'attaque, et ce sera de façon déterminée", a averti Antoine Chuzeville.