Tour de France : les critiques "ne sont pas faciles à entendre", admet Thierry Adam

  • A
  • A
Tour de France : les critiques "ne sont pas faciles à entendre", admet Thierry Adam
Thierry Adam à droite.@ Capture d'écran France 3
Partagez sur :

Le commentateur du Tour de France sur France Télévisions est la cible de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux.

INTERVIEW

Souvent critiqué pour ses commentaires lors du Tour de France, le journaliste sportif de France Télévisions Thierry Adam admet "ne pas y être insensible". "Nous ne sommes que des êtres humains, mais en ce qui concerne les critiques positives, celles qui peuvent faire avancer, on en tient compte", a-t-il expliqué jeudi matin dans le Grand direct des médias.

"Ce n'est pas facile à entendre". Sur les réseaux sociaux, les critiques ne manquent pas au sujet des commentaires du Tour de France sur France Télévisions. "Ça fait deux ou trois ans que, personnellement, j'ai un petit peu modifié la façon de commenter", se défend le journaliste. "Après, on ne peut pas plaire à tout le monde. Comme d'autres confrères, on a toujours des 'groupes anti', c'est comme ça", relativise toutefois Thierry Adam.

"J'essaye de me servir des critiques". "Simplement, j'essaye de me servir des critiques qui peuvent faire avancer pour essayer d'être le plus performant possible. On essaye de faire le moins d'erreurs possibles, de dire le moins de bêtises possibles. Après, j'ai mon style et je ne changerai pas", conclut-il.

Gérard Holtz "va nous manquer". Le commentateur a également commenté le départ de son acolyte Gérard Holtz, qui quittera la chaîne à l'issue du Tour de France après plus de 40 ans de service. "Gérard sera toujours Gérard et il va nous manquer c'est une certitude", confie Thierry Adam. "Moi j'adore travailler avec Gérard Holtz, c'est quelqu'un avec qui j'ai beaucoup d'atomes crochus. J'ai le même regard sur la façon de faire de la télévision que lui. J'aime sa façon de faire de la télévision", poursuit-il. "C'est pareil, il est aussi parfois critiqué, mais c'est quelqu'un qui a un talent énorme et qui reçoit les coureurs avec beaucoup de convictions, d'envies", avoue-t-il. "Gérard va vraiment nous manquer. On s'en va vers une autre ère. Ce sera un grand grand vide, notamment pour le Tour de France", conclut-il.