Thierry Ardisson "ne regrette pas du tout" d'avoir invité Farid Benyettou

  • A
  • A
Partagez sur :

L'animateur de "Salut les Terriens !" est revenu sur son interview de Farid Benyettou, le mentor des frères Kouachi il y a dix jours sur son plateau. S'il comprend les critiques, il ne regrette rien.

INTERVIEW

Meilleur intervieweur de l'année : c'est le titre qu'a reçu Thierry Ardisson mardi soir à Paris en recevant le prestigieux prix Philippe-Caloni. "C'est que je dois être un peu journaliste", s'est exclamé, ironique, l'animateur connu pour son ton volontiers provocateur. Cette récompense intervient à un moment où l'animateur-producteur est particulièrement critiqué pour son interview de Farid Benyettou dans Salut les Terriens ! il y a une dizaine de jours. Interviewé dans le Grand direct des médias, l'animateur s'est expliqué sur sa décision d'avoir invité le mentor des frères Kouachi dans son émission.

"Montrer la réalité". Deux ans jour pour jour après l'attentat de Charlie Hebdo, le mentor repenti des frères terroristes prenait place dans un des fauteuils du plateau de C8. "Je comprends très bien que ça puisse choquer des gens, indique l'animateur. J'en suis désolé. Ceci étant, je n'ai pas changé d'avis. Je considère que l'on n'est pas là pour choisir qui on montre. On est là pour montrer la réalité. C'est même notre devoir." 

"Je ne regrette pas du tout cette décision". Poursuivant son raisonnement, l'animateur considère que "maintenant la France prend conscience du danger salafiste parce que pendant des années, on nous a expliqué qu'il n'y avait pas de problème, que tout cela était de l’islamophobie. Moi, je suis partisan de dire la vérité aux gens. Je ne regrette pas du tout cette décision même si je peux comprendre le déferlement."

"Je ne vais pas m'excuser".Laurent Baffie, "sniper" de C8 et fidèle d'Ardisson a pourtant critiqué l'invitation de Farid Benyettou. Il reprochait notamment à Thierry Ardisson de ne pas avoir demandé où allait l'argent issu des ventes du livre du mentor repenti. "Cette question, j'aurais dû la poser", reconnaît l'animateur avant de nuancer : "après 20 minutes d'une interview excellente, je ne vais pas m'excuser d'une question que j'ai oublié de poser. Ça va quoi !"