Thierry Ardisson : "J'ai eu une proposition de France 3 et de TF1"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Sur Europe 1, l'animateur de "Salut les Terriens !" a évoqué son avenir alors qu'il a resigné avec Canal +.

INTERVIEW

Les rumeurs l'envoyaient à France 3 ou à TF1 mais il reste finalement sur Canal +. Thierry Ardisson est revenu, vendredi sur Europe 1, sur son choix de rester sur la chaîne cryptée. Il en a aussi profité pour évoquer son avenir, hors de la télévision.

"On a trouvé une solution". Des appels du pied d'autres chaînes, il y en a eu. "J'avais en effet une proposition de France 3 et de TF1", a confirmé Thierry Ardisson dans Le Grand direct des médias. "Je l'ai dit à Maxime Saada (directeur général du groupe Canal+, ndlr). On a discuté, on a avancé et on a trouvé une solution", a indiqué l'animateur pour expliquer son choix de rester sur la chaîne.

Alors que TF1 lui proposait la deuxième partie de soirée du vendredi, France 3 a également joué carte sur table avec l'animateur. "France 3 m'a proposé 50 émissions par an. (...) Il y avait 40 deuxième partie de soirée et dix primes", a révélé Thierry Ardisson. Sur Canal+, l'animateur continuera donc la présentation de Salut les terriens ! et débarquera aussi sur D8, autre chaîne du groupe, pour faire plusieurs primes.

"Le cinéma, c'est mon avenir". Parmi les raisons qui expliquent son choix, Thierry Ardisson a également évoqué la place que tient le cinéma sur Canal+. En restant sur la chaîne cryptée, l'animateur est tout proche d'un des plus gros producteurs de films en France. "Le cinéma, c'est mon avenir. (...) Je ne vais pas faire de l'antenne jusqu'à 87 ans", a expliqué celui qui pense déjà à la suite de sa carrière.

D'ailleurs, Thierry Ardisson collabore déjà avec la chaîne sur plusieurs projets. "Il y a deux longs-métrages et une série sur lesquels je travaille avec eux", a-t-il précisé. On devrait donc bientôt le voir davantage impliqué dans le septième art en tant que producteur de cinéma. Un rôle qu'il a déjà tenu pour le film Max, en 2012.