Télé : le "second écran", ça sert à quoi ?

  • A
  • A
Télé : le "second écran", ça sert à quoi ?
Aux Etats-Unis (ici avec la chaîne CNN), la pratique du second écran a explosé : 40 % des téléspectateurs consultent chaque jour un autre écran quand ils regardent la télévision.@ REUTERS
Partagez sur :

MODE D'EMPLOI - Catch-up TV, social TV, TV-commerce… Que proposent les chaînes pour attirer les téléspectateurs sur le Web, les smartphones et les tablettes ?

Ce n'est certes pas un décollage en flèche, mais la montée en puissance est certaine. Chaque mois, 13,3 millions de Français regardent la télévision sur un autre écran que leur traditionnel poste de TV. C'est deux fois plus qu'il y a quatre ans, selon Médiamétrie. Dans le même temps, près de deux personnes sur trois utilisent au moins une fois par semaine un autre écran (ordinateur, smartphone, tablette) tout en regardant la télévision, d'après une autre étude de l'institut. Au risque de ne plus prêter attention aux programmes classiques ? C'est ce que veulent à tout prix éviter les chaînes, qui cherchent à attirer le téléspectateur sur son PC, son smartphone ou sa tablette. Cette déclinaison de la télévision sur les supports numériques a été baptisée "second écran".

>> Alors que peut-on faire sur ce fameux second écran ? Europe1.fr a dressé la liste des fonctionnalités disponibles aujourd'hui :

• Voir ou revoir son programme préféré

14/11/2013 capture 6play
Vous avez raté un épisode de Plus belle la vie ou le début du journal de 20 heures ? Pas de panique : la catch-up TV - ou télévision de rattrapage, en bon français - vient à votre secours. Toutes les chaînes disposent désormais d'un portail sur lequel l'internaute peut regarder les programmes déjà diffusés à l'antenne. Pour être encore plus attractif, le groupe M6 vient de créer 6play, un service réunissant les programmes en replay de ses chaînes M6, W9 et 6ter. Et Canal+ lancera bientôt un portail similaire baptisé myCanal.

Selon Médiamétrie, plus d'un Français sur quatre a ainsi déjà terminé sur ordinateur, smartphone ou tablette un programme commencé sur le téléviseur. Toutefois, le temps pour rattraper une émission est limité (par exemple à sept jours sur Pluzz, le portail de France Télévisions). Une affaire de gros sous en réalité : au-delà d'un certain temps, les recettes doivent être partagées avec le producteur.

• Accéder à des bonus

Certains programmes vont plus loin et apportent une vraie valeur ajoutée sur le second écran, en donnant accès à des compléments au contenu de l'émission. C à vous, le talk-show quotidien présenté par Anne-Sophie Lapix sur France 5, a été précurseur en la matière avec son application iPad dédiée, qui permet par exemple au téléspectateur de retrouver des infos pratiques (comme la recette du jour) ou d'écouter en entier l'album de l'artiste invité. Même démarche chez Canal+ avec la Canal Football App, une application qui permet aux fans de foot de choisir leur caméra pour regarder une action, consulter des statistiques ou encore noter les joueurs.

13/11/2013 Canal football App App Store

© App Store

• Commenter les émissions en temps réel

Le second écran est aussi le terrain idéal pour la "social TV", cette pratique qui consiste à converser en ligne à propos du programme en cours. Sur Twitter ou Facebook, les commentaires vont bon train, notamment lors des concours du type Danse avec les stars, des rencontres sportives ou des émissions politiques comme Des paroles et des actes. Les chaînes tentent désormais de capter cette conversation (et les internautes qui vont avec) en intégrant les commentaires sur leurs sites et applications, comme le fait TF1 avec sa fonction "Connect". Concrètement, le flux des réactions des téléspectateurs - soigneusement sélectionnées par la chaîne - s'affiche à côté du lecteur diffusant TF1 en direct. Il est aussi agrémenté d'extraits déjà disponibles en vidéo. Pour certaines émissions, le téléspectateur peut lui-même partager instantanément un extrait de 30 secondes qu'il a apprécié et inviter les autres utilisateurs à réagir à leur tour.

14/11/2013 TF1 Connect capture

• Acheter des produits dérivés

Avec le second écran, les chaînes cherchent aussi à engranger quelques bénéfices. Evidemment, cela passe par la publicité, puisqu'il faut en général visionner un spot pub avant de pouvoir regarder un programme en replay. D'autant que les supports numériques ne sont pas soumis à la stricte règlementation qui encadre la publicité télévisée. Mais ce nouveau marché appelle d'autres modes de monétisation. Ainsi, la semaine dernière, M6 s'est lancée dans le "TV-commerce" en annonçant qu'elle allait vendre directement des produits sur le second écran. Pendant l'émission Le Meilleur Pâtissier, la chaîne propose désormais aux internautes d'acheter des rouleaux à pâtisserie, moules à gâteaux et autres ustensiles de cuisine qui apparaissent à l'antenne !

13/11/2013 M6 TV commerce appli meilleur patissier capture

© DR

• Et bientôt, décider de la fin d'un programme…

Le second écran pourrait bientôt intervenir de manière décisive dans le déroulement des émissions. M6 a acquis en octobre les droits de Rising Star, un télé-crochet dans lequel le public ne vote pas pour son candidat préféré par SMS, mais en temps réel sur une application mobile dédiée. Pendant la prestation du candidat, les photos Facebook des votants apparaissent même sur un "mur digital" dressé face à lui.

Autre innovation : laisser les téléspectateurs décider de la fin d'un feuilleton ! En janvier dernier, pendant la diffusion d'un épisode de la série policière Hawaii Five-0, la chaîne américaine CBS a proposé au public de voter en ligne pour désigner le coupable parmi trois suspects… et a diffusé la fin correspondant au plus grand nombre de suffrages. Le second écran prendrait-il le pas sur le premier ?