Sur France 3, "Domenech fait du Domenech"

  • A
  • A
Sur France 3, "Domenech fait du Domenech"
@ Capture France 3
Partagez sur :

Europe1.fr a demandé à un psychologue d’analyser le retour médiatique de Raymond Domenech.

De retour sur la scène médiatique dans L’étoffe des champions, la téléréalité estivale de neuf épisodes de France 3, le nouveau Raymond Domenech n’a pas convaincu les téléspectateurs, avec seulement 3,7% de part d’audience mercredi soir..

Intrigué par ce retour inattendu en coach sportif, Europe1.fr a voulu en savoir plus. Jean-Claude Villanueva, psychologue et vice-président de l’association nationale des psychologues du sport, s’est prêté au jeu de l’analyse de la prestation de l’ancien sélectionneur de l’équipe de France de football. Retour sur cinq scènes marquantes du premier épisode.

>> Parmi les multiples "Raymond Domenech", lequel apparaît à l’écran ?

La scène : On connaissait Raymond-l’as-du-contre-pied avec sa demande en mariage après l’échec en finale de la Coupe du monde en 2006, Raymond-le-cinglant en conférence de presse ou encore Raymond-le-comédien avec ses pièces de théâtre. On a découvert mercredi soir un nouveau Domenech. "Discret", un peu effacé dans ce premier épisode, aux côtés de Jean-Claude Perrin et Thierry Rey. "RayDo" n’est plus le seul maître à bord et doit partager le haut de l’affiche avec deux autres personnes. Une situation qu’il ne maîtrise apparemment pas encore.

L’avis du psy : "Il tente d’apparaître comme un autre, il montre un nouveau visage, mais ce n’est qu’en surface. Ça se voit d’ailleurs au fil de l’émission, où le naturel revient vite. Raymond Domenech fait du Domenech. Je l’ai bien reconnu. Le cadre est différent, il n’est plus dans le football et plus seul au sommet de la pyramide, mais c’est tout-à-fait lui".

>> Quels sont ses rapports avec son équipe ?

La scène : Au moment de choisir six personnes pour composer son équipe en début d’émission, Raymond Domenech hésite, puis prend finalement des gens "individualistes", comme il le dit d’ailleurs lui-même. Plus tard, au moment d’analyser les raisons d’un échec de son équipe dans un jeu, l’ancien footballeur ne prend pas de gants et se montre plutôt sec, mais assume les échecs.

L’avis du psy : "D’abord, en prenant Sabri, qui a un profil de footballeur, et Gaël, un individualiste, Raymond Domenech s’est choisi lui-même. Ce sont des choix narcissiques qui le ramènent toujours à lui. D’ailleurs, l’équipe, c’est lui. Quand elle perd, il prend tout pour lui, en s’appropriant la défaite collective, un peu comme avec la demande en mariage après la finale de Coupe du monde 2006".

>> Maîtrise-t-il sa communication ?

La scène : Après avoir composé leur équipe, Rey, Perrin et Domenech ont un après-midi de quartier libre pour prendre leurs marques ensemble. Pendant que les deux autres équipes vont s’entraîner physiquement, Domenech regroupe sa troupe autour d’une table pour discuter. Juste après, il les fera s’entretenir deux par deux en face à face, à leur plus grande surprise.

L’avis du psy : "Ce qu’il clame est l’opposé de ce qu’il est. C’est symptomatique. Son image publique met les gens naturellement à distance. Il ne se défait jamais d’un certains malaise, d’une discrétion. Il est coincé".

>> Son émotion était-elle feinte ?

La scène : Vers la fin de l’émission, invité à s’exprimer sur l’élimination de Brigitte, un membre de son équipe, Raymond Domenech ne peut contenir quelques larmes "qu’il souligne gestuellement pour donner du poids à l’image", marqué par ce premier échec.

L’avis du psy : "La larme est venue naturellement, ce n’est pas joué. Sa fonction de sélectionneur s’inscrivait dans un carcan. Mais en sortant du football, dont il maîtrisait les codes, il se découvre. Il n’est plus protégé. Quand Brigitte perd, il a vraiment perdu. D’ailleurs, dans cet épisode, il a perdu du début à la fin".

>> Cette émission est-elle bénéfique pour son image ?

La scène : ou plutôt les scènes. Durant tout le premier épisode. Souriant, la larme à l’œil, motivant ses troupes ou les secouant, Raymond Domenech apparaît sous un jour nouveau dans ce premier des neuf épisodes de L’étoffe des champions. Même s’il ne se sent pas encore vraiment à l’aise, notre psychologue pense que son engagement dans ce jeu est justifié pour "changer son image".

L’avis du psy : "Ces nouvelles images de lui permettent de venir superposer – pas remplacer – les anciennes, pas reluisantes, qu’on connaît tous. Il ne va pas changer en une émission de téléréalité, mais il doit continuer dans cette partie médiatique. A moins de passer une dizaine d’années à vivre comme un ermite et aller s’allonger sur un divan. Identitairement, il est de toute façon encore trop imprégné des événements et des échecs pour que cela soit déjà neutralisé. Mais de toute façon, on ne se refait pas".