Studio Bagel, une porte ouverte sur le Web pour Canal+

  • A
  • A
Studio Bagel, une porte ouverte sur le Web pour Canal+
L'équipe de Studio Bagel.@ DR
Partagez sur :

STRATÉGIE - Le groupe a annoncé une prise de participation majoritaire dans la chaîne YouTube spécialiste de l'humour.

Canal+ avait déjà frappé à la porte de YouTube. Il y met carrément les pieds en prenant une participation majoritaire dans Studio Bagel, ce collectif d'humoristes spécialistes des courtes vidéos postées sur la plateforme de partage de vidéos. Le groupe a annoncé cette acquisition lundi, confirmant une information des Echos. Il rachète 60% de Studio Bagel pour un montant non communiqué, mais qui se chiffrerait à quelques millions d'euros, avance le quotidien.

Studio Bagel, c'est quoi ? Canal+ prend ainsi le contrôle de l'un de ses fournisseurs, puisque Studio Bagel produit déjà des contenus pour la chaîne cryptée, comme Les Tutos, qui passe dans le Grand Journal, ou le Dézapping du Before. Lancé en septembre 2012 par le producteur Lorenzo Benedetti, Studio Bagel est une success story. A coup de parodies, sketchs et micro-trottoirs moqueurs, le collectif a rencontré son public : son réseau de chaînes YouTube compte 40 millions de vidéos vues par mois.

capture studio bagel

© Capture YouTube

Pourquoi cette acquisition ? "La prise de participation dans Studio Bagel marque une nouvelle étape dans le développement des activités du Groupe Canal+ sur l'Internet ouvert, plate-forme incontournable pour les nouvelles formes de divertissement, notamment auprès des cibles jeunes", se félicite le groupe dans un communiqué. Pour Canal+, cette opération s'inscrit dans une démarche de diversification qui s'est accélérée depuis plusieurs mois. Face à la baisse de ses abonnements (355.000 de moins pour les offres Canal+ et CanalSat en 2013), le groupe veut aller chercher l'audience (et les revenus) ailleurs que dans son cœur de métier d'origine, la télévision payante. Et se tourne donc vers le Web.

>> LIRE AUSSI : Canal+ cherche la parade face à une concurrence accrue

Ainsi, en décembre dernier, Canal+ a lancé son propre réseau de chaînes YouTube, qui reprend les moments forts de ses émissions. Le groupe a aussi créé Canal Factory, une chaîne destinée à révéler de nouveaux venus. "L'idée est de dénicher des talents et d'exploiter de nouveaux formats et de nouvelles idées", expliquait Fabienne Fourquet, la directrice des nouveaux contenus de Canal+, à Europe1.fr il y a quelques semaines.

>> LIRE AUSSI : Pourquoi la télé va sur YouTube

Une direction dédiée aux offres web. Autre signe que Canal+ cherche à investir les nouveaux modes de consommation liés au numérique, le groupe a créé en janvier une nouvelle "division" baptisée "Canal OTT". Sa mission : déployer des offres payantes via l'Internet "over the top", c'est-à-dire indépendamment des fournisseurs d'accès. En clair, il s'agit de proposer des contenus auquel le public pourra accéder directement, sans devoir souscrire à une box ou à un bouquet de chaînes. Studio Bagel sera d'ailleurs rattaché à cette nouvelle direction, prise en charge par Manuel Alduy, l'ancien Monsieur Cinéma de Canal+.

Celui-ci aura également pour mission de poursuivre le développement des offres de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) de CanalPlay, qui a gagné 170.000 clients en 2013. Dans la ligne de mire : les géants américains du Net comme Google, Apple mais aussi Netflix, le mastodonte de la vidéo à la demande, qui devrait débarquer en France d'ici à la fin de l'année.

sur le même sujet, sujet,

RIPOSTE - Canal+ cherche la parade face à une concurrence accrue

INTERVIEW - Lorenzo Benedetti, fondateur de Studio Bagel

WEB - Pourquoi la télé va sur YouTube

TÉLÉVISION - Le PAF doit-il avoir peur de Netflix ?