Roland-Garros : du rififi à France 2

  • A
  • A
Roland-Garros : du rififi à France 2
@ Montage MAXPPP
Partagez sur :

TENNIS - Daniel Lauclair n'arpentera plus les allées. Il a été remplacé par Louise Ekland.

Lors du prochain Roland-Garros, qui débutera le 27 mai prochain, les téléspectateurs de France Télévisions ne pourront plus se délecter de son style mi-dandy mi-décalé. En effet, Daniel Lauclair ne sera plus l'homme de terrain qui arpente les allées de la Porte d'Auteuil. Il a été remplacé par une "femme de terrain", en l'occurrence la Britannique Louise Ekland, qui avait déjà officié lors des Jeux olympiques de Londres. "C'est le choix de mon directeur, comme je fais beaucoup de choses", a concédé au micro d'Europe 1 celui qui intervient aussi au bord des pelouses de football. "Si vous me demandez si je suis déçu, mais n'importe qui le serait à ma place."

"Elle n'a pas de légitimité dans le tennis", considère Lauclair :

 

Problème : le supérieur de Lauclair, Daniel Bilalian, directeur du service des sports, est lui aussi déçu, mais du comportement de son journaliste. "D'après ce qu'on me dit, ce que je lis, c'est un garçon qui s'apprécie énormément, qui ne dit pas de mal de lui-même", a ironisé "Bill" dans le Grand direct des médias, sur Europe 1. "Si quelqu'un doit le juger, c'est son directeur, en l'occurrence, c'est moi."

"Personne n'est indispensable", estime Bilalian :

 

Dans TV Mag, Lauclair s'était laissé aller à un élan d'auto-congratulation : "j'ai apporté ma valeur ajoutée à ce spectacle, ma petite touche personnelle décalée qui plaisait tant. J'étais à la fois actif, réactif, créatif." Mercredi, sur Europe 1, Bilalian a insisté sur le fait que personne n'était "indispensable". "Il n'y a pas d'éviction au sens propre du terme puisque ce collaborateur va continuer à commenter des matches de légende." "Collaborateur", "personnage", à aucun moment, le directeur du service des sports n'emploie le nom de son journaliste. Et finit par lâcher : "si vous avez d'autres questions, posez-les moi mais on ne va pas faire un clafoutis avec une queue de cerise." Cette année, les allées de Roland-Garros ont déclenché une petite guerre de tranchées...