Regardez le retour de Nicolas Bedos à la télé

  • A
  • A
Regardez le retour de Nicolas Bedos à la télé
Nicolas Bedos dans "On n'est pas couché" sur France 2.@ Capture France 2
Partagez sur :

L'humoriste faisait samedi soir ses débuts comme chroniqueur dans l'émission On n'est pas couché, sur France 2.

Le retour. On voit souvent Nicolas Bedos en promotion à la télévision. Mais depuis trois ans, l'humoriste ne tenait plus de chronique régulière sur le petit écran. C'est désormais chose faite depuis samedi soir. Recruté par Laurent Ruquier dans l'émission On n'est pas couché sur France 2, Nicolas Bedos a fait sa rentrée par une apparition plutôt réussie d'une douzaine de minutes.

>> Regardez le début de la chronique de Nicolas Bedos samedi soir :

Vanne à Aymeric Caron. Nicolas Bedos s'est notamment adressé au chroniqueur Aymeric Caron, en faisant allusion au fait qu'il a remplacé Audrey Pulvar, celle-ci ayant dû quitter l'émission lorsque Arnaud Montebourg, qui était alors son compagnon, est entré au gouvernement. Alors que le ministre du Redressement productif venait justement de quitter le plateau d'On n'est pas couché, Nicolas Bedos a lancé : "Mon cher Aymeric, je t'ai trouvé un peu dur, tu aurais dû le remercier, car si Montebourg n'avait pas kidnappé une célèbre chroniqueuse à la peau burinée par le soleil des îles, tu serais encore doublure lumière sur une pauvre chaîne du câble !"

"Quelques apparitions totalement libres". C'est par sa "Semaine mythomane", une chronique dans l'émission Semaine critique de Franz-Olivier Giesbert sur France 2, que le fils de Guy Bedos s'était fait remarquer il y a trois ans. Depuis, il avait quitté la télévision pour se consacrer à l'écriture. Mais début septembre, il a annoncé qu'il ferait "quelques apparitions totalement libres et gratuites" dans On n'est pas couché, avant son prochain tournage en novembre. "La télévision me manquait, et je me réjouis d'y regoûter un peu, de façon exceptionnelle. D'autant qu'ONPC est l'un des endroits où l'on a le temps et la possibilité de s'exprimer librement", ajoutait-il.