Réforme de l'audiovisuel : "Les programmes jeunesse sont très peu regardés" sur France TV

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La ministre de la Culture a présenté lundi les grandes lignes de la réforme de l'audiovisuel public. La chaîne jeunesse de France Télévisions, France 4, ne sera plus diffusée sur la TNT.

François Nyssen, la ministre de la Culture, l'a annoncé lundi : France 4, la chaîne jeunesse de France Télévisions, ne sera plus diffusée sur la TNT. L'offre dédiée au jeune public devra ainsi se recentrer sur le numérique. Pour André Gattolin, sénateur LREM des Hauts-de-Seine, et Xavier Couture, ancien numéro 2 de France Télévisions, invités de Village Médias, il ne faut pas voir cette décision comme une mauvaise nouvelle.

"C'est YouTube le challenger". "Derrière ce qu'on a appelé la réduction budgétaire drastique, les créateurs, les salariés de France Télévisions voyaient un coupage de têtes général. Ce n'est pas le sujet. Le sujet, c'est d'adapter la télévision publique, le service public de l'audiovisuel à ce que sont aujourd'hui les pratiques du public", défend Xavier Couture. "Les programmes jeunesse sont très peu regardés aujourd'hui sur la télévision hertzienne", constate André Gatollin. "Les scores de France 4 sont en déclin depuis 5-6 ans. Les jeunes vont regarder les programmes jeunesses sur Internet, et c'est YouTube le challenger. La question, c'est comment on construit une offre numérique qui touche plus directement ces jeunes", avance le sénateur LREM.

Diffuser des dessins animés quand les enfants sont là. Pour Xavier Couture, la métamorphose de l'offre de France 4 passe aussi par une réflexion plus intelligente des pratiques du jeune public. "Il est plus raisonnable de diffuser des dessins animés en linéaire, c'est-à-dire en diffusion en direct, quand les enfants sont là. France 4 diffuse des dessins animés le mardi à 11h30 quand ils sont à l'école, ça a un sens très moyen", observe-t-il. "Ce n'est donc pas absurde de poser la question du repositionnement de ces dessins animés sur les grandes chaînes - France 2, France 3 et pourquoi pas France 5 - à l'heure où les enfants sont disponibles", juge l'ancien numéro 2 de France Télés. 

La ministre de la Culture a par ailleurs annoncé que les budgets dédiés à la fiction seraient sanctuarisés à hauteur de 560 millions d'euros par an, parmi lesquels 30 millions seront directement alloués aux dessins animés.