"Quotidien" : la recette Barthès fonctionne toujours

  • A
  • A
"Quotidien" : la recette Barthès fonctionne toujours
Yann Barthès présentait son premier "Quotidien", lundi @ Capture d'écran TMC
Partagez sur :

La nouvelle émission de Yann Barthès s'est lancée sans fausse note, lundi soir, sur TMC. Mais avec quelques airs de déjà vu.  

"Je déclare fermé le Petit journal". Lundi soir, la nouvelle émission de Yann Barthès sur TMC a commencé par… un extrait de l'ancienne, diffusé sur Canal + en juin. On y voit Catherine Deneuve embrasser un micro estampillé "Le Petit journal". Sur le plateau de TMC, Yann Barthès reproduit le geste sur un micro "Quotidien". "Chose promise, chose due : l'aventure continue ici !", lance l'animateur.

Même équipe. Et si ce choix n'était pas anodin ?  L'émission démarre sur les chapeaux de roue par une présentation des chroniqueurs et journalistes, inchangés à quelques recrues près, sur un plateau évoquant celui de Canal +, à quelques détails près. "L'équipe est la même, mais on a tout changé", assure Yann Barthès, sur un ton familier aux fidèles du "Petit journal".

Pour sa première,"Quotidien" n'a visiblement pas peiné à attirer les invités. L'émission présente sa marraine, Vanessa Paradis, en duplex de Los Angeles. En plateau, Christiane Taubira s'exprime après des mois de discrétion médiatique, avant de céder sa place à Valérie Lemercier. Toutes échangent quelques bons mots avec l'animateur, toujours aussi à l'aise dans l'exercice.

Nouvelles recrues. L'émission multiplie les sujets d'actualité, selon un schéma bien rodé : jingles caricaturaux, extraits de journaux télévisés, journalistes sur le plateau. Hugo Clément interroge une douzaine de personnalités politiques : "qui est le candidat le mieux placé pour défendre le made in France ?". Au montage, les réponses s'enchaînent comme une seule : "moi !"

Au-delà du logo, quelques changements tout de même : Eric et Quentin sont désormais responsables d'une "story" façon Snapchat, Vincent Dedienne et le journaliste sportif Etienne Carbonnier animent deux nouvelles chroniques. La météo est assurée par… un spectateur, tiré au sort dans le public. La boutade se transforme en test de géographie pour l'élue, qui doit situer une dizaines de ville sur fond vert. La petite scène de "LPJ" est, elle, devenue grande, et accueille un live en milieu d'émission.

Résultat : malgré le format rallongé - plus d'une heure et demi -, force est de constater qu'on ne s'ennuie pas. Un tour sur les réseaux sociaux pour confirmer :  la recette Yann Barthès convainc toujours.