Pujadas débriefe le "show Tapie"

  • A
  • A
Pujadas débriefe le "show Tapie"
"La prise à partie du journaliste est désormais une figure classique", a estimé David Pujadas au lendemain de son interview de Bernard Tapie dans le journal télévisé de France 2.@ MaxPPP
Partagez sur :

COULISSES - Le présentateur est revenu mardi sur son interview de Bernard Tapie lors du JT de France 2.

"Le show Tapie". "A certains moments, j’avais plus envie de sourire que de partir en courant". David Pujadas a livré ses premières impressions mardi matin sur Europe1 au lendemain de sa mise en cause par Bernard Tapie lors d'une interview de ce dernier sur le plateau du 20 heures de France 2. "Je me suis dit : il est en train de faire son show", a expliqué le journaliste.

>> A LIRE AUSSI : "La meilleure défense c'est l'attaque"

"J'avais plus envie de sourire" :

"Un piège". "Il y a beaucoup de mise en scène, de folklore dans tout ça", a souligné David Pujadas. "La prise à partie du journaliste est désormais une figure classique ", a estimé le journaliste qui a été accusé par l'homme d'affaires d'être "un partisan de la France haineuse". Pour lui, cette attitude "est un piège pour vous sortir de votre condition de journaliste pour devenir en quelque sorte un catcheur et répondre pour coup sur coup". Pour empêcher cela, "il faut rester sur son credo, sur les faits, sur les interrogations", a encore devisé le présentateur.

Pas d’hostilité. Comment s'est passée l'après interview ? "Je l’ai revu rapidement (..) il continuait un peu sur le même registre ‘vous verrez quand tout ça éclatera, quand la vérité éclatera j’espère que vous la direz’", a confié David Pujadas. "C’était pas hostile, agressif, il y avait un peu le même Bernard Tapie qu’on avait connu sur le plateau", a encore raconté David Pujadas.

Un extrait de l'interview de Bernard Tapie :

"Pas besoin d’être préparé". De son côté, Me Eric Dupond-Moretti, l'un des avocats de Bernard Tapie, a pour sa part réfuté toute intervention dans la préparation de cet entretien télévisé. "Je suis son avocat, pas son coach", a-t-il ironisé. "Vous pensez quand même que Bernard Tapie n’a pas besoin d’être préparé", a-t-il conclu.