Pourquoi les émissions du nouvel an ne sont jamais en direct

  • A
  • A
Pourquoi les émissions du nouvel an ne sont jamais en direct
Partagez sur :

TÉLÉVISION - Invité du Grand direct des médias jeudi, Maxime Guény a expliqué que TF1 et France 2 enregistraient à l'avance les émissions du 31 décembre pour des raisons de coût et d'organisation.

Décompte, paillettes et cotillons, les émissions spéciales diffusées pour le réveillon de la Saint-Sylvestre sont toujours parfaitement calibrées. Mais la spontanéité, elle, n'est pas au rendez-vous. Les programmes ont en effet été enregistrés des semaines plus tôt. Arthur comme Patrick Sébastien, qui officient respectivement sur TF1 et France 2, ont réalisé les leurs début décembre cette année. "La dernière fois qu'il y a eu une émission en direct, c'était pour le passage à l'an 2000", rappelle sur Europe 1 Maxime Guény, spécialiste des médias.

Des coûts trop élevés. Selon lui, il est très difficile de réaliser une émission en direct le soir du réveillon. "Cela coûte plus cher qu'à l'accoutumée. Il faut réunir le staff technique, les intermittents et les invités en période de vacances. C'est un peu alambiqué. Vous avez une problématique de main d'œuvre qui entraîne une problématique financière." Et quand bien même une chaîne serait disposée à mettre la main au porte-monnaie, rien ne dit qu'elle arriverait à convaincre son personnel. Ainsi, Cyril Hanouna a plusieurs fois exprimé le désir de réaliser une émission en direct le soir du 31. "D8 le lui avait proposé. Les techniciens, les chroniqueurs et la régie ont dit non", précise Maxime Guény.

Un problème de calendrier. Autre problème crucial : celui du calendrier des artistes invités, qui ont généralement d'autres obligations le soir du Nouvel An. "Les chanteurs, les humoristes, les acrobates, que font-ils le 31 ? Ils sont sur scène avec leur public", explique Maxime Guény. Enregistrer les émissions à l'avance permet donc de s'arroger les services d'artistes qui, sinon, ne seraient pas disponibles.

Pas forcément plus d'audience. Enfin, le jeu n'en vaut pas forcément la chandelle pour les chaînes de télévision. "Le direct apporterait plus de spontanéité, mais pas forcément plus d'audience", note Maxime Guény. "Direct ou pas, les spectateurs seront là."