Pflimlin : "Il y a une inquiétude" à France Télévisions

  • A
  • A
Pflimlin : "Il y a une inquiétude" à France Télévisions
Rémy Pflimlin, PDG de France Télévisions.
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Invité d'Europe 1 vendredi, le PDG du groupe audiovisuel public a défendu ses choix, malgré un climat social très tendu.

En pleine transformation. Rémy Pflimlin était l'invité du Grand Direct des médias, vendredi sur Europe 1. Le PDG de France Télévisions a été interrogé sur le climat social très tendu au sein du groupe public. "C'est une entreprise dans laquelle, naturellement, il y a une inquiétude", a-t-il reconnu. "Nous devons répondre par le dialogue et par la capacité à donner des réponses individuelles. Maintenant, je note quand même que globalement, aujourd'hui, cette entreprise avance. Globalement, le rapport avec les syndicats est bon", a affirmé Rémy Pflimlin. Début mai, un rapport réalisé pour le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du groupe avait souligné l'ampleur du malaise social à France Télévisions



"France Télévisions est une entreprise qui connaît aujourd'hui une transformation absolument considérable", a poursuivi Rémy Pflimlin pour justifier ces inquiétudes. "Nous faisons un plan d'économies majeur", a-t-il rappelé. Par ailleurs, "les nouveaux accords sociaux mais aussi le développement du numérique changent beaucoup de pratiques", selon lui.

Instabilité managériale. La valse des dirigeants a-t-elle contribué à déstabiliser le personnel ? Ainsi, depuis le début du mandat de Rémy Pflimlin, en août 2010, pas moins de cinq directeurs de sont succédé à la tête de France 2. Nommé en octobre dernier, Thierry Thuillier s'attelle actuellement à redresser l'audience de la chaîne. "Thierry Thuillier réussit formidablement à redynamiser l'antenne", applaudit Rémy Pflimlin. Problème : la chaîne d'à côté, France 3, est lâchée par son patron, Thierry Langlois, qui a présenté sa démission en avril et quittera le groupe à la fin de la saison. "Le fait que Thierry Langlois décide de partir, je l'ai dit publiquement, je le regrette", a déclaré Rémy Pflimlin au micro d'Europe 1.

Un nouveau mandat ? "C'est une question que je ne me pose pas". Très critiqué au sein du groupe, Rémy Pflimlin a-t-il déjà eu envie de tout lâcher ? "Jamais", assure-t-il. "Ce n'est jamais arrivé parce que la mission me semble tellement importante et motivante, et que j'aime cette entreprise, j'aime les gens avec qui je travaille". Souhaite-il donc être reconduit à la tête du groupe ? Nommé en 2010 par Nicolas Sarkozy, le PDG de France Télévisions verra son mandat expirer dans un peu plus d'un an. "C'est une question que je ne me pose pas pour l'instant", a-t-il éludé, affirmant se consacrer à "la construction et la transformation de l'entreprise". Mais aura-t-il besoin de plus de temps pour le mener ? "Ce travail au jour le jour nécessite beaucoup de concentration et un travail dans l'avenir, évidemment", répond-il. "Vous en concluez ce que vous voulez !"



sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

DEMISSION - Le patron de France 3 sur le départ