Persona non grata chez Ruquier, Caroline Fourest réplique

  • A
  • A
Partagez sur :

LA PORTE EST CLOSE - Les samedis soir de France 2, Caroline Fourest y assistera désormais devant sa télé. Laurent Ruquier place la journaliste sur la liste noire d'ONPC. Elle répond dans une tribune. 

Ces deux-là ne partiront pas en vacances ensemble, pas plus qu'ils ne devraient se retrouver désormais sur un même plateau télé. Samedi soir, dans son émission On n'est pas couché, Laurent Ruquier a fait savoir qu'il n'invitera "plus jamais" Caroline Fourest dans ses émissions.

La raison : l'émission du samedi 2 mai et la violente prise de bec avec Aymeric Caron. Dans son échange particulièrement tendu, Caroline Fourest avait affirmé, en réponse à Caron qui lui rappelait ses différents déboires judiciaires, qu'elle avait gagné en appel une affaire récente où elle était mise en cause. "Ce n’est pas vrai : j’ai pris une décision, je n’inviterai plus jamais Caroline Fourest dans aucune de mes émissions", a tranché Ruquier dans la dernière émission.



Fourest réplique. Dès la diffusion de la séquence, Caroline Fourest a dénoncé sa mise au ban des samedis de la Deux. Il s'agit selon elle d'une "tentative d'exécution dégueulasse", ainsi qu'elle l'a écrit sur Twitter. Dans la foulée, la journaliste s'est fendue d'une tribune publiée sur le site du Huffington Post.

Au sujet du mensonge que lui reproche Laurent Ruquier, Caroline Fourest plaide l'erreur de bonne foi. "En l'occurrence, je me référais à un message de mes avocats: "C'est bon. Ils n'ont pas interrompu le délai de prescription pour l'appel...". N'étant pas juriste, j'ignorais qu'il existe un délai technique entre le moment où les avocats constatent la prescription, et le moment où la Cour d'appel doit statuer pour le déclarer", écrit-elle, pointant une "polémique absurde".



Ruquier et Caron "procureurs" ? Dans la suite de son texte, Caroline Fourest rend coup pour coup et rappelle les multiples démêlés d'On n'est pas couché avec le CSA. Celle qui a publié l'an dernier un livre sur les Femen remet sur la table les cinq ans d'antenne de Ruquier aux côtés d'Eric Zemmour et exhume l'affaire Soizic Corne, cette animatrice annoncée morte sur France 2 il y a six mois et pourtant bien vivante.

"Drôle de monde, où l'on réussit à faire passer l'anecdotique pour l'essentiel, les pacifistes pour des violents, les tueurs pour des victimes, et au final le vrai pour du faux", écrit Caroline Fourest dans les dernières lignes de ce texte qu'elle a intitulé "À mes procureurs Ruquier et Caron".