Où vont les orphelins de Megaupload ?

  • A
  • A
Où vont les orphelins de Megaupload ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

Malgré la fermeture du site phare, le glas du téléchargement illégal n'a pas sonné. Au contraire.

Le malheur des adeptes Megaupload fait aussi des heureux. L'audience des sites gratuits de télévision de rattrapage et payants de vidéo à la demande (VOD) a augmenté de 25,7% dans la seconde moitié de janvier, après la fermeture du site de téléchargement illégal, a annoncé l'Hadopi mercredi.

"Dans le même temps, on constate une diminution de 20% du nombre moyen de visiteurs uniques quotidiens sur les sites (gratuits, NDLR) de streaming, entre la période du 1er au 18 janvier 2012 et celle du 18 au 31 janvier 2012", précise la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet.

Le sursaut des offres légales

L'Hadopi relève que 748.000 visiteurs uniques quotidiens sont passés sur des sites de VOD et de rattrapage du 1er au 18 janvier, puis 941.000 entre le 19 et le 31 janvier, soit une hausse de 25,7%. L'audience de la télévision de rattrapage a crû de 25% pendant cette période et celle de la VOD de 35%.

Ces évolutions s'expliquent "certainement par un déplacement des utilisateurs vers les offres légales directement substituables, accessibles sur le web depuis un ordinateur personnel", précise l'Hadopi, qui se base sur un échantillon de 50 sites représentant les diverses formes d'offre légale.

Le téléchargement continue...

Les orphelins de Megaupload ne sont cependant pas tous rentrés dans le rang. Le piratage illégal a toujours de beaux jours devant lui grâce aux Newsgroups aussi appelés Usenet. Ils permettent de télécharger des fichiers très rapidement. Contrairement aux logiciels Peer-to-Peer (littéralement pair à pair, c'est-à-dire l'échange de fichiers entre internautes) comme eMule ou Limewire, les newsgroups ne partagent pas automatiquement les fichiers en cours de réceptions.

Parmi les tuyaux donnés aux internautes profanes figure aussi le VPN, un modèle de téléchargement anonyme et sécurisé. Le Virtual Private Network "crée une connexion Internet sécurisée, grâce à laquelle votre fournisseur d'accès Internet ne voit que des données cryptées, et la destination finale ne voit que l'adresse IP et la localisation du serveur utilisé", explique le site crazyws.fr.  La plateforme d'accès du fournisseur VPN "devient donc la destination par défaut de tout votre trafic en lieu et place de votre "box" internet", précise le site anti-hadopi.com. De nombreuses offres existent en la matière. Mais attention, il faut parfois s'acquitter d'un abonnement.

... le streaming aussi

Enfin, le streaming reste toujours d'actualité. Cette solution permet de regarder des films ou des séries sans télécharger de fichiers. Seul hic, l'utilisation des sites de streaming est souvent limitée dans le temps et contrariée par l'affluence depuis la fermeture de Megaupload. Pour ne pas être coupé en plein visionnage, des "débrideurs", déjà présents depuis de nombreuses années, connaissent une seconde vie. Ils permettent de faire sauter "la limite de temps des vidéos streaming proposées par exemple par VideoBB, VideoZer, Mixturevideo", souligne mcetv.fr.

Hadopi a donc encore du pain sur la planche pour donner le clap de fin au téléchargement illégal.